Développement de la Cuvette : l’apport des natifs du département sollicité

0

Face aux élus locaux le 26 février à Brazzaville, le collectif des sénateurs du département de la Cuvette, avec à sa tête le premier questeur du Sénat, Roger Edouard Okoula, a appelé les originaires de la contrée à apporter des solutions appropriées aux nombreux problèmes auxquels celle-ci est confronté.

 Roger Edouard Okoula a souligné que la Cuvette est confrontée à divers problèmes qui touchent, du reste, l’ensemble des secteurs de la vie nationale et commandent que des dispositions sérieuses soient toujours prises pour éviter la compétition qui s’engage entre départements, en cette phase de la mise en œuvre progressive de la décentralisation.

 Le département de la Cuvette est « une entité administrative à fortes distorsions, mais disposant à contrario d’atouts socio-économiques indéniables ; son avenir nous interpelle tous », a-t-il ajouté. A cette occasion, il a invité les fils de ce département, notamment ceux qui sont membres du gouvernement, les parlementaires des deux chambres, les diplomates, les élus locaux, communaux et départementaux, les cadres responsabilisés à différents niveaux du pays, à lui devoir, à des degrés divers, une profonde et sincère reconnaissance.

« Par divers moyens aussi bien politiques, économiques, matériels, que financiers, nous avons le devoir de contribuer à la transformation graduelle du département afin de modifier substantiellement sa situation qui demeure peu enviable malgré les gros efforts que ne cessent de consentir les pouvoirs publics à la tête desquels se trouve le président de la République », a-t-il, par ailleurs, invité.

Paraphrasant le roi d’Abomey, le premier questeur du Sénat a dit : « Il nous faut rassembler les doigts de nos mains pour boucher les trous de la jarre percée ». Il a rappelé aux élus locaux de ce département qu’il est nécessaire que chacun en prenne conscience, mette la main à la pâte de ce vaste chantier qui va durablement mobiliser les énergies, le génie et les moyens dont pourront disposer les ressortissants de la Cuvette.

Il sied toutefois, a-t-il souligné, de louer les initiatives déjà prises par ceux qui ont la charge suprême de la direction du pays pour le hisser au niveau de son développement. « Mais beaucoup reste à faire au regard des limites qu’impose son aspect géophysique dont les particularités ne cessent d’influencer les options stratégiques à prendre. Pour matérialiser cette vision, la mise en place d’un cadre de concertation nous paraît représenter la meilleure approche pour arriver à bon port », a souhaité Roger Edouard Okoula.

L’adhésion de tous à cette vision est sollicitée pour donner corps et vie à cette plate-forme qui n’aura nullement l’ambition de supplanter les dispositions officielles et légales existantes. 

« Le cadre de concertation que nous envisageons pour échanger, remuer et mobiliser davantage notre volonté politique à agir en faveur du développement de notre espace d’origine se veut simple, non bureaucratique mais actif et opérationnel. Il s’agit selon lui de développer une synergie entre les parlementaires que nous sommes, les élus locaux, les natifs et originaires, les membres du gouvernement et l’ensemble des cadres qui en sont issus et qui opèrent au niveau supérieur, dans les différents secteurs de la vie nationale », a-t-il conclu.

 

 

Légendes et crédits photo : 

Roger Edouard Okoula face aux élus locaux du département de la Cuvette

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire