Développement agricole : l’Union européenne va appuyer la filière maïs au Congo

0

Les bénéficiaires congolais et les partenaires européens devront se rencontrer dans les prochains jours, à Brazzaville, pour définir les aspects techniques ainsi que les modalités de financement. 

L’initiative s’inscrit dans le cadre du processus de diversification de l’économie nationale, dont l’agriculture est un secteur clé. La culture du maïs a été choisie pour son potentiel dans la chaîne agroindustrielle. Cette filière est aussi indispensable pour l’aviculture, l’industrie de la bière, l’aliment de bétail…

D’après le chef de mission de l’Union européenne au Congo, Raul Mateus Paula, la coopération agricole vise surtout à développer une chaîne de valeur industrielle dans le pays.

« L’objectif est à la fois de développer le secteur privé, avec une perspective de mise à niveau des entreprises, de normalisation des chaînes de valeur et d’augmenter la capacité de commerce intra-régional », a-t-il indiqué.

Le diplomate européen évoquait le sujet au cours d’un entretien, le 11 octobre à Brazzaville, avec la ministre des Petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, Yvonne Adélaïde Mougany. Les deux personnalités espèrent ainsi sur la dynamique du secteur privé pour exploiter le potentiel agricole du pays et booster la diversification de l’économie nationale. D’où le projet de renforcement des capacités commerciales et entrepreneuriales (PRCCE II), financé à hauteur de huit milliards FCFA.

Lancé depuis mars 2017, le PRCCE II connaît une certaine hibernation pour des raisons inconnues. Les deux parties ont promis de le relancer à l’issue d’un comité de pilotage. « Ce projet est au cœur de nos préoccupations », a lâché l’ambassadeur.

La future feuille de route insistera sur l’amélioration du climat des affaires, la création d’entreprise, l’accès au crédit, la garantie. « Le Congo est un pays à revenu intermédiaire avec des potentiels énormes mais aussi confronté au défi de la diversification économique. Je partage totalement la vision du gouvernement congolais dans ce domaine qui consiste à réduire la dépendance du pays au pétrole », a conclu l’intervenant.

Légendes et crédits photo : 

Yvonne Adélaïde Mougany et Raul Mateus Paula, lors du tête-à-tête / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire