Des trillions de planètes existeraient au-delà de notre galaxie

0

Les scientifiques ont longtemps été incapables de détecter la présence d’exoplanètes – planètes en dehors de notre système solaire – aux confins de la Voie lactée et au-delà. Après tout, notre galaxie est une spirale barrée de plus d’une centaine de milliers d’années-lumière de diamètre et d’un millier d’années-lumière d’épaisseur, il est donc très difficile de voir au-delà de cette immensité galactique. Mais selon une nouvelle étude, une infinité d’exoplanètes extragalactiques pourraient être détectées.

L’étude, publié le 2 février dans The Astrophysical Journal Letters, apporte la première preuve que des trillions d’exoplanètes pourraient exister au-delà de notre galaxie.

AU-DELÀ DE NOTRE GALAXIE

Grâce aux informations de l’observatoire de rayons X Chandra de la NASA et une méthode de détection appelée MOA (Microlensing Observations in Astrophysics) pour sonder les galaxies lointaines, les scientifiques de l’université de l’Oklahoma ont pu trouver la preuve de l’existence d’environ 2 000 planètes extragalactiques pour chaque étoile au-delà de la Voie lactée. Certaines de ces exoplanètes sont aussi discrètes que la Lune, tandis que d’autres sont aussi massives que Jupiter. Contrairement à la Terre, la plupart des exoplanètes ne sont pas très proches de leur étoile mais errent dans l’espace, orbitant nonchalamment autour de l’astre.

« On peut estimer que le nombre de planètes dans cette lointaine galaxie est de plus d’un trillion, » explique Xinyu Dai, professeur d’astronomie et d’astrophysique et auteur principal de l’étude.

Le MOA fonctionne sur un principe d’amplification, explique le co-auteur Eduardo Guerras. Les chercheurs utilisent des microlentilles gravitationnelles pour observer la matière noire, les exoplanètes et les atmosphères stellaires visibles depuis l’hémisphère sud. Ils se concentrent notamment sur la détection et l’observation de microlentilles gravitationnelles de forte magnitude, de l’ordre de 100 ou plus et observent la manière dont les objets célestes détectés déforment ou magnifient la lumière qui les entoure. Cette lumière illumine ainsi des objets qui ne seraient pas visibles sinon.

Ces objets sont si distants – les corps extragalactiques sont à plus de 3,8 milliards d’années-lumière de nous – que le microlensing est le seul moyen d’avoir un aperçu de leurs formes et de leurs couleurs. Les scientifiques savent qu’ils observent des planètes grâce à leur vitesse de déplacement.

« On pourrait observer ce type de vitesse avec une étoile, mais ce sera très peu probable. Ce serait beaucoup moins fréquent, » indique Eduardo Guerras.

À LA RECHERCHE DES EXOPLANÈTES

Compte tenu de l’échelle de recherche, détecter des exoplanètes peut être fastidieux. Observer des exoplanètes au sein de la Voie lactée est presque impossible, les astrophysiciens ont donc recours à d’autres techniques de détection et d’analyse pour mettre en évidence la signature de nouvelles planètes.

Normalement, il faut recourir à plusieurs méthodes pour confirmer l’existence ou la présence d’une exoplanète, et dans certains cas les détections étaient des faux positifs.

« Ces étoiles sont vraiment très éloignées. Il n’y a aucun moyen de les observer de façon traditionnelle, » ajoute Guerra.

Les chercheurs espèrent qu’avec la publication de leur étude, d’autres scientifiques pourront analyser les données recueillies et développer une autre technique pour vérifier si les planètes extragalactiques existent bel et bien.

« Nous espérons que d’autres équipes de recherche publieront des études indépendantes pour confirmer notre découverte, » confie Xinyu Dai. 

POUR ALLER PLUS LOIN

Des exoplanètes ont été découvertes dans la Voie lactée par le passé. L’existence de 5 287 planètes a déjà été confirmée et des milliers d’autres pourraient être à découvrir. Les précédents travaux de recherche ont été analysés et archivés.

Dans notre galaxie, on compte environ une planète par étoile, ce qui signifie que l’on pourrait compter jusqu’à un trillion de planètes dans la Voie lactée. Plusieurs de ces exoplanètes pourraient faire la taille de la Terre.

Xinyu Dai estime que l’étude récemment publiée ouvre la voie à un nouveau champ d’étude des planètes sans étoile au-delà de notre galaxie, et pourrait nous aider à comparer les exoplanètes extragalactiques à leurs équivalents intergalactiques.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire