Défense des droits de l’homme: Raul Mateus Paula encourage les ONG ponténégrines à poursuivre leur travail

0

A l’occasion d’une caravane organisée à Pointe-Noire par la représentation de l’Union européenne au Congo dans le cadre de la troisième édition de la quinzaine des droits de l’homme, couplée à la célébration du 70e anniversaire de la Déclaration universelle de ces droits, son ambassadeur  a félicité le travail de la société, l’exhortant à aller de l’avant. 

 Le diplomate européen, accompagné de ses collaborateurs et des autorités publiques locales, a sillonné, deux jours durant, les différents sièges des ONG actives de la société civile bénéficiaires de l’appui de son institution dans la défense des droits de l’homme.

La mission de la délégation de l’Union européenne (UE) dans la capitale économique a eu pour objectif de renforcer le plaidoyer autour des thématiques telles que la protection de l’enfant vulnérable, la lutte contre le VIH/sida, la bonne gouvernance, le suivi citoyen des investissements publics, la préservation de la biodiversité et la défense des droits environnementaux. Des thématiques menées respectivement par le Samu social Pointe-Noire, la Fondation Avsi,  la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH) et Renatura.

 Raul Mateus Paula et sa délégation ont démarré leur visite le premier jour au siège de la RPDH qui œuvre dans la promotion des droits de l’homme basé à l’OCH dans le premier arrondissement, Emery-Patrice-Lumumba. Ils ont été reçus par Franck Loufoua, chargé des programmes de l’ONG, représentant le président Christian Mounzeo, qui leur  a présenté cette structure et ses actions. Dans sa présentation, Franck Lofoua a souligné :  «L’UE est un partenaire privilégié et stratégique de notre ONG. C’est grâce à son financement en 2015 que la RPDH a pu étendre son activité au niveau national avec le projet sur le suivi budgétaire des investissements de l’Etat dans le domaine de la santé et la mise en place du Centre d’assistance juridique et d’action citoyen,  un outil de lutte contre la corruption initié par Tansparency international et mise en œuvre au Congo depuis une année ». L’assistance a, ensuite, assisté à une simulation de scène sur les mesures de gratuité de la  césarienne, des antirétroviraux et du traitement du paludisme pour les enfants de 0 à 15ans, prises depuis 2007 par le gouvernement mais qui ne sont pas totalement appliquées dans les structures sanitaires.

La caravane s’est poursuivie, le 6 décembre, par la présentation des civilités au préfet de Pointe-Noire, Alexandre Honoré Paka. Raul Mateus Paula a informé le préfet de sa première mission dans son département. Il a rappelé le soutien de l’UE à la Chambre de commerce et le projet de construction du port de pêche à Pointe-Noire, dont les travaux seront financés totalement par cette institution.

La délégation s’est rendue ensuite au siège de l’association Avenir positif, à Tchiali, dans le cinquième arrondissement Mongo-Poukou, dans le cadre du projet « Amélioration de l’accès aux soins et soutien en faveur des enfants et adolescents infectés par le VIH et leur famille dans la ville de Pointe-Noire », un projet mené par la Fondation AVSI sous la coordination de Caterina Cipriani et qui bénéficie du financement de l’UE à hauteur de 425millions de FCFA. L’ambassadeur de l’UE a également visité les vingt-cinq pensionnaires en situation de rue du Samu social Pointe-Noire, à Mpita, dans l’arrondissement1Lumumba. ll a été touché de constater sur les lieux la présence des enfants de moins de 7ans en situation de rue. Raul Mateus  Paula a, à cet effet, appelé les médias à accompagner la structure dans la sensibilisation afin de prévenir la sortie dans la rue de nouveaux enfants et félicité le Samu pour les activités menées dans la prise en charge psycho-sanitaire et la réinsertion socioprofessionnelle de ces derniers.

La caravane s’est achevée à Renatura, une association qui œuvre dans la conservation de la biodiversité que dirige Nathalie Mianseko. Soulignons que l’EU accompagne le projet « Soutien aux stratégies locales de renforcement des acteurs du développement durable » à travers un financement de trois cent vingt-huit millions de F CFA pour éveiller la conscience de la société congolaise aux enjeux environnementaux, renforcer les synergies.

Faire connaître au peuple leurs droits
Au terme de cette campagne de deux jours, l’ambassadeur de l’UE  a félicité son équipe pour l’organisation sans faille de cette caravane et s’est dit très satisfait du travail fait par les ONG bien que beaucoup reste encore à faire. « Je suis très heureux de ma première visite ici après ma prise de fonction comme ambassadeur de l’Union européenne au Congo. Cette visite qui se place dans un contexte de la quinzaine des droits de l’homme est organisée pour la première fois à Pointe-Noire, après Brazzaville l’année dernière. C’est très important pour notre partenariat d’appréhender les réalités avec la société civile et la rencontre avec les autorités départementales. Le projet  qui vise la promotion des droits de l’homme est un défi et c’est important que les gens soient conscients de leurs droits », a-t-il dit.

Il a félicité la société civile pour les différentes actions menées dans le cadre des droits de l’homme, les autorités locales pour l’accompagnement sans lequel rien ne peut se faire. « C’était une très bonne occasion de faire connaissance avec vous, les autorités et acteurs de la société civile parce que l’UE est un partenaire très fort. Nous sommes ici depuis longtemps et à Pointe-Noire particulièrement, dans le soutien à la construction du port de pêche dont les travaux étaient financés entièrement par l’UE. Au-delà des infrastructures, il y a un autre volet gouvernance pour le sauvetage et la pérennité des ressources halieutiques, c’est une richesse énorme mais si l’on n’en prend pas soin, ça disparaîtra. C’est donc l’intérêt de tout le monde de maintenir cette ressource face à la surpêche qui a des problèmes », a-t-il souhaité. 

Raul Mateus Paula a, par ailleurs, salué les actions de l’éco centre Renatura dans le sauvetage des tortues marines. Il a congratulé l’association pour tout ce qu’elle fait dans le cadre du renforcement des capacités, du sauvetage des tortues,  déclarant que « c’est un geste important et c’est aussi un droit de l’homme. C’est l’un des sujets dans lequel on doit s’engager tous c’est notre devoir, c’est dans ce contexte que l’UE soutient leurs activités ».

Il a poursuivi que la délégation a vu beaucoup d’activités et d’acteurs très engagés parmi lesquels le Centre d’assistance judiciaire des citoyens qui intervient dans transparence et la lutte contre la corruption et a remercié les autorités pour leur soutien sans lequel ces ONG ne peuvent pas travailler. « Je remercie aussi les médias parce qu’ils jouent un rôle extrêmement important pour la sensibilisation et la mobilisation sur les sujets importants », a signifié l’ambassadeur. Il a également encouragé les efforts de AVSI, notamment son intervention pour les soins des enfants et adolescents infectés du sida et les femmes enceintes. Selon lui, cette problématique doit interpeller et mobiliser tout le monde pour lutter contre la stigmatisation.

Le Congo ne bénéficie pas d’assez de financements de l’UE

Pour ce faire, Raul Mateus Paula compte sur les efforts de tous pour permettre au Congo de bénéficier des financements de l’UE. «  L’Union européenne est un partenaire extrêmement important au niveau global. Nous soutenons le Fonds mondial de la santé en  le finançant largement mais, malheureusement, je constate que le Congo n’en bénéficie pas beaucoup. Il faudrait que nous travaillions ensemble pour mobiliser les fonds avec le gouvernement et l’OMS, leurs efforts se font pour que les conditions soient réunies, c’est d’ailleurs la même chose avec le Fonds mondial d’éducation », a-t-il assuré.

Revenant sur les activités du Samu, précisément sur son projet « Action concertée pour l’accessibilité des enfants et jeunes de la rue  de Pointe-Noire à des services sanitaires  et psychosociaux de qualité », qui bénéficie d’un financement  de cinq cent soixante-sept millions de F CFA pour trois ans, l’ambassadeur a été marqué par le travail réalisé même si beaucoup reste encore à faire. Il s’est réjoui de la présence, dans cette caravane, de la police, des autorités locales et des magistrats. « C’est important parce que ce défi ne peut jamais être relevé uniquement par une association. C’est un problème d’ensemble qui nécessite une prise de conscience. Je fais encore un appel aux médias, parce qu’ils peuvent aider les ONG par rapport aux questions de sida et de santé publique. C’est dans l’intérêt du pays, c’est un problème de santé publique nationale. Comme en matière de changement climatique, cela coûte beaucoup moins cher de prévenir que de guérir, il faudrait qu’on s’habitue et qu’on se prépare tous pour faire face à ces défis », a estimé le diplomate européen.

Parlant de l’actualité, il a indiqué que le monde traverse une situation difficile, le multilatéralisme est mis en cause mais l’UE se bat pour pouvoir trouver les solutions, maintenir l’ensemble du multilatéralisme, parce qu’aucun pays au monde ne peut arranger ses problèmes tout seul. 

 

Légendes et crédits photo : 

1- Raul Mateus Paula /Adiac
2- La délélégation de l’UE au siège de la RPDH /Adiac
3-L’ambassadeur assistant à l’atelier du Samu social sur les activités des maraudes /Adiac
4- Le diplomate de l’UE clôturant la caravane à Renatura /Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire