Dédoublement des partis et regroupements politiques : l’Acaj accuse le gouvernement de semer les germes de violences

0

L’ONG de défense des droits de l’homme a réagi à la publication, dans le Journal officiel, de la liste des formations et plates-formes politiques autorisées à fonctionner dans le pays.

Le président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice (Acaj), Me Georges Kapiamba, a accusé le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) de semer les germes de violences entre les membres de différentes fractions de partis politiques dédoublés. Ce juriste a ainsi réagi, le 14 mai, lors de la conférence de presse tenue au siège de son association, à Gombe, à la publication dans le Journal officiel de la liste des partis et regroupements politiques autorisés à fonctionner sur l’ensemble du territoire national.

Analysant froidement ces faits, Me Georges Kapiamba craint que cette situation créée par le gouvernement conduise aux accrochages entre les membres des partis et regroupements politiques dédoublés, dus à l’intolérance que l’une ou l’autre frange pourrait manifester. « Ma crainte est que le pays sombre dans un chaos lors de la prochaine campagne électorale », a-t-il dit.

Une situation créée volontairement

Pour le président national de l’Acaj, cette situation est délibérément créée par le gouvernement « dans le but de morceler les voix de ces partis et regroupements politiques en vue de les empêcher d’atteindre le seuil fixé par la loi ». En agissant ainsi, a-t-il fait observer, le gouvernement violerait la loi sur les partis politiques, qui dispose qu’« aucun parti politique ne peut adopter la dénomination, le sigle, les symboles et autres insignes distinctifs d’un autre parti politique déjà enregistré… ». Une exigence réitérée dans l’Accord de la Saint-Sylvestre pour mettre un terme au dédoublement des partis politiques de l’opposition.

Notant, par exemple, qu’il existe actuellement quatre partis politiques sous la dénomination de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) dont deux avec les mêmes siège social et arrêté ministériel d’agrément, Me Georges Kapiamba pense que cette situation a été expressément créée pour « secouer » l’UDPS. Pour lui, cela a été fait dans la précipitation, laissant même certaines lacunes. « Dans la liste de partis publiée dans le Journal officiel, l’UDPS de Mubake- que je respecte beaucoup- n’a jamais été agréée et n’a pas d’adresse. C’est le seul des 559 partis et 77 regroupements politiques dont les deux cases sont vides. Cela prouve la précipitation dans laquelle les choses ont été faites », a-t-il souligné.

En plus du cas de l’UDPS, Me Georges Kapiamba a relevé qu’il y a deux Avenir du Congo qui sont agréés sous le même arrêté et dont l’un appartiendrait à Patrick Bologna Rafiki et l’autre à Dany Banza, deux Convention des démocrates chrétiens dirigées par Gilbert Kiakwama kia Kiziki et Mokonda Bonza, ainsi que deux Alliance de renouveau du Congo dont les dirigeants sont Olivier Kamitatu et Katende Ndaya.

En plus des cas de « dédoublement », le président national de l’Acaj a indiqué que le gouvernement, qui a résolu les cas des partis Unadef de Christian Mwando Simba et Unafec de Gabriel Kyungu wa Kumwanza, a illégalement arraché la direction du parti Mouvement social pour le renouveau à Pierre Lumbi pour la confier à François Rubota Masumbuko et celle du parti Notre beau pays, à Tshibangu Kalala pour la confier à Ambroise Kamukuny Mukinay.

Donner à tous les mêmes armes

Après ce constat, l’Acaj a recommandé au ministre chargé de l’Intérieur de rapporter tous les arrêtés qui sont à la base de cette situation ou qui ont écarté des dirigeants légitimes de la direction de leurs partis politiques. Le combat, estime l’Acaj, doit être loyal. « Il faut permettre à tout le monde de partir sur un même pied d’égalité  et donner la chance à ceux qui ont de bons projets de société de l’emporter lors de ces élections », a conseillé Me Georges Kapiamba, qui a également relevé la responsabilité des acteurs politiques qui bénéficient de ces mesures de dédoublement des partis et regroupements politiques. Ces derniers ont aussi été exhortés à revoir leur position, en créant leurs propres partis en vue d’éviter d’être tenus comme responsables de la situation qui pourrait subvenir à la suite de ce dédoublement des partis et regroupements politiques.

Me Georges Kapiamba a averti la population et les futurs électeurs du glissement, dans l’arène politique congolaise, surtout dans l’opposition, des « loups qui seraient vêtus des peaux d’agneau ». Que les électeurs soient prudents, a-t-il dit, parce qu’on va jeter des loups habillés en mouton.

Légendes et crédits photo : 

Le président de l’Acaj, Me Georges Kapiamba, lors de la conférence de presse
photo Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire