Décrispation politique : un face-à-face Jean-Pierre Bemba et le peuple congolais

0

Le rendez-vous est pris pour le 23 juin, au terrain du boulevard Triomphal, devant le stade des martyrs de la Pentecôte, dans la commune de Kasa-Vubu, à Kinshasa.

Treize ans après, l’ex-sénateur congolais, Jean-Pierre Bemba, va directement et sans intermédiaire s’adresser à la population congolaise, à l’occasion d’un meeting prévu dimanche. Selon des sources proches du Mouvement de libération du Congo (MLC) et de la plate-forme Lamuka, ce rassemblement prévu devant le siège interfédéral de son parti consacrera le point de chute de la procession qui sera organisée à l’issue de son retour au pays, le même jour. A Kinshasa, les lignes bougent déjà pour préparer cet accueil.

Lors de cette entrevue avec la population, Jean-Pierre Bemba apportera assurément des éclaircissements sur certaines questions d’actualité. Il s’agit notamment du rôle qu’il entend jouer face à l’actuel président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui doit former un gouvernement en coalition avec son prédécesseur, Joseph Kabila.

Dans son compte tweeter annonçant son retour au pays, le président du MLC avait, en effet, promis de retrouver ses compatriotes pour renforcer ensemble l’unité de vue et d’action pour un Congo prospère. « Mes chers compatriotes. C’est avec joie et enthousiasme que je vous annonce mon retour à Kinshasa, RDC, le dimanche 23 juin 2019 à 10h 00. J’ai hâte de vous retrouver pour que nous puissions ensemble renforcer l’unité de vue et d’action pour un Congo prospère», avait-il écrit.

Un intérêt particulier

Pour les Kinois, ce retour revêt un intérêt particulier parce qu’il permettra notamment de définir le rôle que Jean-Pierre Bemba va personnellement jouer. Mais il tracera aussi clairement les contours de la plate-forme Lamuka que les Congolais ont du mal à définir depuis un certain temps, compte tenu du flou qui règne tout autour sinon à l’intérieur de ce regroupement qui a porté l’espoir d’une bonne frange de la population.

Le retour de Jean-Pierre Bemba au pays est donc vu par les Congolais en général et les Kinois en particulier comme la goutte d’épices qui manquait pour donner la saveur voulue à la nourriture en préparation.

Le 1er août 2018, rappelons-le, président du MLC avait effectué un premier retour triomphal à Kinshasa, après plus de onze ans d’absence, dont dix en prison à La Haye, au Pays-Bas. Il venait d’être acquitté en juin au deuxième degré par la Cour pénale internationale (CPI)  dont la chambre de première instance l’avait précédemment condamné à dix-huit ans de prison pour des crimes commis par sa milice en Centrafrique, en 2002-2003.

Candidat à la présidentielle du 30 décembre 2018, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) avait écarté son dossier, s’appuyant sur sa condamnation par la CPI. Il avait introduit un recours à la Cour constitutionnelle, mais cette dernière avait confirmé la décision de la Céni. Ce qui l’avait poussé à coaliser avec d’autres leaders politiques pour soutenir un candidat commun de l’opposition contre le dauphin de Joseph Kabila. Leur entente avait explosé par manque de consensus pour former deux camps, le Cap pour le changement  soutenant la candidature de Félix-Tshisekedi, et Lamuka avec Martin Fayulu.

Son retour à Kinshasa peut coïncider avec celui d’un autre opposant, membre et coordonnateur de Lamuka, Moïse Katumbi, qui avait promis d’incarner une « opposition républicaine et exigeante » au président Tshisekedi.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire