Décès Luc Nkulula : Le parti « PUR » n’exclut pas une mort « politiquement motivée »

0

Les hommages continuent à pleuvoir sur toute l’étendue de la République après la mort de Luc Nkulula, militant pro démocratie et figure de proue du mouvement citoyen Lutte pour le Changement, LUCHA au Nord-Kivu.

Dans un communiqué publié ce dimanche 10 juin 2018 et parvenu à Laprunellerdc.info, le président national du parti d’Union Républicaine, PUR affirme que le pays a perdu « à la fois un de ses éminents juristes et un des porte-étendards des valeurs républicaines » et n’exclut pas une piste « politiquement motivée ».

« Tout en n’excluant pas une piste criminelle ou politiquement motivée dans cette tragédie, prie les autorités judiciaires à initier une enquête afin de déterminer les circonstances exactes du décès de ce compatriote et d’en établir, le cas échéant, les responsabilités ».

Pour lui, cette disparition rappelle celle de Rossy Mukendi, tué à Kinshasa, dans la foulée des manifestations anti-Kabila.

« Je rends hommage à cet ami, frère et compagnon de lutte dont le départ prématuré affectera pour longtemps l’ensemble de la jeunesse engagée du Congo en ce moment où elle peine à sortir du deuil de Rossy Mukendi, d’heureuse mémoire » dit Godefroy Mwanabwato.

Celui-ci exige de la vigilance aux militants et autres défenseurs des droits de l’homme en ce moment crucial de l’histoire de la RDC pour leur sécurité personnelle.

« Les Républicains de l’union invitent au demeurant les activistes pro-démocratie à redoubler de vigilance et à renforcer des mesures de sécurité personnelle en cette période particulièrement rude que traverse notre pays et où l’inversion des valeurs est telle que militer pour la bonne cause expose, hélas, des paisibles citoyens, à des pires représailles », regrette Godefroy Mwanabwato.

Luc Nkulula est mort de suite d’un incendie à son domicile dans la ville de Goma, au Nord-Kivu. Plusieurs mouvements citoyens, activistes et proches de la victime évoquent un incendie d’origine criminelle.

Ce militant de la Lucha était parmi les plus actifs en RDC. Il coordonnait désormais le mouvement « chemin de la paix » crée en 2016 pour exiger le retour à l’ordre constitutionnel après l’expiration du deuxième et dernier mandat constitutionnel du président actuel, Joseph Kabila.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire