Darfour : le mandat de la Minuad arrive à expiration

0

Le renouvellement du mandat de la Mission de l’ONU et de l’Union africaine au Darfour (Minuad) basée dans cette région soudanaise est prévu le 12 juillet, alors que la veille, le Conseil de sécurité qui est d’accord pour réduire les effectifs de la force internationale était encore divisé sur le rythme à retenir pour y parvenir.

La force de maintien de l’ONU au Darfour comprend aujourd’hui environ huit mille hommes. Le projet de résolution renouvelant cette mission prévoit une réduction de moitié en 2019. Si certains pays occidentaux, dont le Royaume-Uni, rédacteur du texte, souhaitent une réduction progressive et conditionnée, la Russie, la Chine et l’Ethiopie veulent, quant à elles, à contrario, accélérer la réduction des troupes avec une fin de mission en 2020.

Le texte prévoit que « le plafond autorisé de troupes pour la Minuad sera progressivement réduit jusqu’à 4 750 personnes, sauf si le Conseil de sécurité décide (lors d’une révision en janvier) d’ajuster le rythme et son objectif de réduction ». En ce qui concerne le nombre de policiers, le document indique que leur plafond resterait à deux mille cinq cents  membres. Il demande, par ailleurs, au secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, un rapport avant le 1er janvier et un autre avant le 1er mai 2019 pour s’assurer de l’adéquation de la réduction avec la situation sur le terrain. Le projet de résolution reconnaît certes des « progrès notables » vers la paix mais note aussi que la « situation sécuritaire au Darfour demeure précaire en raison d’activités déstabilisantes d’un certain nombre d’acteurs ».

Expliquant la nécessité de procéder à une réduction progressive, un diplomate qui s’exprimait sous couvert d’anonymat a indiqué : « On a déjà fermé plusieurs camps, réduit les effectifs globaux et l’empreinte de l’ONU sur le terrain (…). Mais si on se retire trop vite, on risque de nouvelles exactions contre les civils. On est tous favorables à une baisse, mais il ne faut pas la faire trop vite, ni trop tôt ».

Le dernier plan de renouvellement en date de la Minuad prévoit de réduire les troupes de la force onusienne au Darfour de 8735 à 4050 d’ici à juin 2019, tandis que les forces de police seraient réduites de 2500 actuellement à 1870. Il s’agit, en clair, et selon le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, de réduire de moitié cette force de maintien de la paix.

L’année dernière, le Conseil de sécurité de l’ONU avait déjà accepté de réduire les effectifs de la Minuad, qui fut l’une des plus importantes et des plus coûteuses de toutes les opérations de maintien de la paix, alors que les Etats-Unis réclamaient des coupes budgétaires dans les opérations de paix.

Pour Jean-Pierre Lacroix, le désir de réduire cette force onusienne est justifié par la situation dans cette région du Soudan, qui a « radicalement changé dans le bon sens depuis le pic du conflit ». Le niveau de violence a largement diminué ces dernières années et Khartoum estime que le conflit est terminé. Ce qui revient à dire que les Casques bleus vont, dorénavant, concentrer leurs efforts sur la zone montagneuse de Jebel Marra, où des combats se poursuivent entre les forces du gouvernement soudanais et des groupes rebelles.

Le Darfour est déchiré depuis 2003 par un conflit opposant les forces soudanaises à des rebelles issus de minorités ethniques et s’estimant marginalisés par le pouvoir central. La Minuad, déployée depuis 2007, a eu jusqu’à seize mille Casques bleus. En 2017, il avait été décidé la réduction d’effectif consistant à passer, en deux étapes, de treize mille Casques bleus à onze mille quatre cents puis à huit mille sept cent trente-cinq avec comme échéance la fin de ce mois.

L’ONU estime que le conflit au Darfour a fait environ trois cent mille morts et plus de 2,5 millions de déplacés.

 

 

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire