Culture de l’oignon rouge : les agriculteurs de Pointe-Noire et du Kouilou en formation

0

Maraîchers et promoteurs agricoles seront en stage pratique jusqu’au 3 août, à Mpili Kondji, village situé dans le département du Kouilou. Ce stage entre dans le cadre du programme intitulé « Promotion de la culture de l’oignon rouge à Pointe-Noire et au Kouilou » initié par l’Association Pointe-Noire industrielle (Apni).

Le programme destiné à vulgariser la culture de l’oignon rouge au Congo se réalise avec l’appui de la Chambre de commerce et l’accompagnement technique de l’Association congolaise terre des hommes. Pour un premier temps, il concernera les départements de Pointe-Noire et du Kouilou et pourra s’étendre dans les autres départements du pays, a confié Massika Kibelolo, délégué général de l’Apni.

La formation lancée le 8 juin, avec la phase introductive qui a eu lieu à la Chambre consulaire de Pointe-Noire, réunit les agriculteurs, maraîchers et promoteurs agricoles de la ville côtière et du Kouilou. Cette phase a porté sur la problématique de la culture d’oignons au Congo, la présentation de ce produit et ses caractéristiques, son apport économique et nutritionnel, l’investissement et le fonds de roulement pour tenir l’activité, le matériel, le temps et autres. La formation théorique a aussi permis de faire une présentation d’un modèle technico-économique d’une exploitation d’oignons sur un espace d’un demi-hectare que doit disposer chaque participant en vue de la mise en pratique des acquis. À propos de cette exigence, le délégué général de l’Apni a précisé : «Pour que l’activité soit viable, fiable et économiquement rentable, il faut commencer avec un demi-hectare, c’est le minimum.  Après, on peut aller au-delà».

La phase pratique de la formation qui a démarré le 13 juin  est organisée en quatre ateliers portant sur différents thèmes, notamment la préparation du sol et le semi, le repiquage, le traitement de la culture, la fertilisation du sol (pour garantir et optimiser la croissance de l’oignon). La formation sur site se fera d’abord sur le terrain d’expérimentation situé à Mpili Nkondji dans le Kouilou. Puis, les participants poursuivront la mise en pratique des notions reçues sur leur propre espace d’un demi-hectare avec l’accompagnement des techniciens de l’Association congolaise terre des hommes. Cette formation sur site va durer presque trois mois, du fait que le cycle de l’oignon rouge est de trois mois.

D’après Massika Kibelolo, le choix a été porté sur l’oignon rouge plutôt que d’autres spéculations du fait de sa rentabilité, de sa consommation régulière et de ses vertus nutritionnelles et thérapeutiques. «L’oignon rouge est beaucoup prisé dans le pays et beaucoup consommé pour ses vertus nutritionnelles et thérapeutiques. Malheureusement,  il provient plus d’ailleurs que de notre territoire. Nous avons les conditions favorables à la culture de cette spéculation, mais on n’exploite pas nos terres pour l’oignon qui est une culture qui est faite beaucoup plus en saison sèche», a-t-il expliqué.

Par son programme de promotion de l’oignon rouge, l’Apni entend rendre cette denrée disponible à tout moment et accessible à tous (lutter contre sa pénurie et réduire son coût).

 

 

 

Légendes et crédits photo : 

Une maraîchère en formation

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire