Crise économique et financière : l’opposition propose des pistes de sortie

0

Les présidents des partis membres du collectif de l’opposition congolaise, notamment Mathias Dzon, Christophe Moukoueké, Jean Itadi et Raymond Serge Mviri ont coanimé une conférence de presse, le 26 janvier à Brazzaville, au cours de laquelle ils ont annoncé que le dialogue était l’unique moyen de sortie de crise économique et financière que traverse le Congo.  

Le collectif de l’opposition a assuré que pour que le Congo sorte de la crise économique actuelle, il était indispensable, outre le dialogue, d’observer quelques exigences. Au nombre de celles-ci, les animateurs de la conférence de presse ont proposé la mise en œuvre des recommandations préalables du Fonds monétaire international, particulièrement les audits des grandes structures ; le rapatriement au pays des recettes d’exportation placées à l’extérieur ; la libération de tous les prisonniers politiques ; le retour des exilés politiques et la mise en œuvre des mesures de réparation pour les victimes des guerres que le pays a connues.

Par ailleurs, ils ont longuement commenté le discours du président de la République devant le parlement réuni en congrès, le 29 décembre 2018, relevant, au passage, certains pans de la vie de la nation que le chef de l’Etat n’a pas eus à évoquer dans son adresse.

« Ce qu’attendait en réalité le peuple congolais du message du chef de l’Etat, c’est la convocation d’un dialogue national inclusif pour une véritable réconciliation nationale, pour une meilleure gouvernance des ressources nationales et pour une vraie démocratie », a indiqué Christophe Moukoueké à qui revenait la charge de lire le mot introductif de la conférence de presse.

En outre, a-t-il poursuivi, dans ce discours, le président de la République a appelé le peuple à « refuser les impatiences pour ne pas plonger dans des options aventureuses et sans issue ».

Clamer cela dans le contexte actuel, a dit Christophe Moukoueké, sans une véritable perspective de réconciliation nationale et de changement de cap dans la gouvernance du pays, c’est demander aux Congolais d’accepter sans rechigner les souffrances et la misère liées à une mal gouvernance dont ils ne sont pas responsables.

 

 

 

 

   

Légendes et crédits photo : 

Raymond Serge Mviri, Jean Itadi, Mathias Dzon et Christophe Moukoueké

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire