Crise dans le Pool : l’OCDH et Ras-le-bol proposent un dialogue sans exclusif

0

Au cours d’une conférence de presse conjointe qu’ils ont animée le 24 mai à Brazzaville, l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et le Mouvement citoyen Ras-le-bol sont revenus sur la crise qui sévit toujours dans le Pool. Pour ces deux organisations de défense des droits humains, le dialogue national sans exclusif reste l’unique dernier recourt pour pacifier ce département.

Crise dans le Pool : l’OCDH et Ras-le-bol proposent un dialogue sans exclusifPlusieurs sujets ont été abordés à la faveur de cet échange avec la presse, mais ces deux ONG se sont attardées sur la lancinante crise du Pool, pour laquelle une solution définitive n’est pas encore envisagée.

Etant ONG des droits de l’homme, l’OCDH et Ras-le-bol estiment que l’unique voie de sortie à cette crise, reste l’organisation impérative d’un dialogue national sans exclusif placée sous l’égide de la communauté internationale.

Ce dialogue, ont-ils soutenu, devra réunir toutes les parties, y compris le principal belligérant Frédéric Bintsamou, alias pasteur Ntoumi.

« La solution à la crise qui sévit dans le département du Pool n’est pas militaire, elle est politique. Pour y parvenir, il faut nécessairement organiser un dialogue sans exclusif regroupant tous les acteurs en présence, notamment le pouvoir, l’opposition, la société civile, mais sous l’égide de la communauté internationale », a souligné le directeur exécutif de l’OCDH, Trésor Kendet Nzila.

Parlant des élections législatives et locales dont le processus est déjà enclenché, ces ONG n’ont pas mâché les mots. Elles demandent au gouvernement le report pur et simple de ces élections, sous réserve du dénouement définitif de cette crise, estimant qu’il n’est pas normal d’organiser des élections dans ce climat de tension.

« Il serait mieux de trouver avant tout une issue à la crise dans le Pool, avant d’organiser les élections. Car, vouloir aller aux élections dans les conditions pareilles, où le Pool est déstabilisé, est loin d’être une solution idéale », a renchéri Trésor Nzila.

L’OCDH et Ras-le bol ont saisi l’occasion pour dénoncer quelques « abus » de la police, qui les ont empêchés, le 20 mai dernier à Bacongo, de tenir leur activité.

Une rencontre citoyenne conjointe qui, d’après eux, inaugurait une série de conférences publiques en vue de sensibiliser la population aux questions des droits de l’homme, a conclu le coordonnateur du Mouvement citoyen Ras-le-bol, Franck Nzila Malembé.

Légendes et crédits photo : 

Trésor Nzila (au milieu) photo adiac

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire