CPI : Mo Ibrahim pour l’abandon des poursuites contre le président Omar el-Béchir s’il démissionne

0

Pour Mo Ibrahim, la Cour pénale internationale (CPI) devrait abandonner ses poursuites contre Omar el-Béchir au cas où il démissionne de ses fonctions de président de la République. Le milliardaire estime que ce pourrait être le prix à payer pour la paix au Soudan plongé dans des contestations sociales de grande envergure.

Le Soudan en pleine crise. La faute aux manifestations aux allures d’insurrection populaire qui handicapent le pays depuis des semaines à cause principalement de la hausse du prix du pain.

Que faire pour sortir le pays de cette crise qui risque de plonger le pays dans une guerre civile ? Pour Mohamed (ou Mo) Ibrahim, il serait peut-être question que le président Omar el-Béchir au pouvoir depuis 1989 démissionne.

« Si cela doit sauver des vies, s’il doit nous sauver d’une guerre civile sanglante, laissez l’homme partir en paix », a suggéré le milliardaire anglo-soudanais dans une interview accordée à la BBC.

Or, el-Béchir est poursuivi par la Cour pénale internationale (CPI) depuis 2009 pour « génocide », « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre au Darfour ».

Pour Mo Ibrahim, au nom de la paix, la CPI devrait abandonner ses charges contre el-Béchir. « Bien que je déteste l’impunité, je veux dire que les gens devraient être punis pour leurs péchés, mais si c’est le prix à payer pour laisser l’homme partir, c’est bon », a souligné Mo Ibrahim dont la fondation récompense d’anciens dirigeants démocratiques exemplaires avec un prix de 5 millions de dollars.

El-Béchir aidé par ses pairs

Mais, depuis la notification en 2009 de l’acte d’accusation, el-Béchir défie souvent la CPIen séjournant dans certains pays dont le Rwanda et l’Ouganda pourtant signataires du statut de Rome créant la CPI.

L’Afrique du Sud est le seul pays où Béchir a eu des sueurs froides lorsque des défenseurs des droits de l’homme ont déposé une requête contestant l’incapacité du pays à arrêter un « criminel de guerre ».

Il a finalement quitté le pays avant la fin du sommet de l’Union africaine auquel il participait, ignorant une décision de justice qui l’aurait arrêté et remis à la CPI.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire