COP23 : le président Denis Sassou N’Guesso à Bonn

0

Le chef de l’Etat a quitté Brazzaville dans la nuit du 13 novembre par l’aéroport international  Maya Maya pour se rendre en Allemagne  où il va défendre la cause du Congo et de l’Afrique.

Défenseur acharné de la préservation de l’environnement, Denis Sassou N’Guesso prendra activement part à la 23e Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques – CCNUCC qui s’ouvre le 15 novembre en Allemagne, au côté de ses pairs africains, les présidents gabonais Ali Bongo, guinéen et de l’Union africaine Alpha Condé, sénégalais Macky Sall, de nombreux chefs d’Etat, Premiers ministres, ministres de l’Environnement, et du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

À Bonn, le chef de l’Etat défendra les efforts du Congo dans cette bataille qu’il a commencée bien avant que la protection de l’environnement ne devienne une exigence du développement.

Il devrait saisir cette occasion pour interpeller les pays développés reconnus comme grands pollueurs et leur demander d’honorer leurs engagements pris lors des conférences antérieures en termes de financements, notamment des actions africaines de préservation de l’environnement, à l’instar du Fonds bleu pour le Bassin du Congo.

Initiateur de ce projet pendant la Cop22 à Marrakech, le président de la République ne manquera pas d’inviter la communauté internationale à contribuer au financement du Fonds bleu pour le Bassin du Congo acté par plus de 10 pays africains à Oyo, le 9 mars 2017.

 

Arlette Soudan-Nonault interpelle les négociateurs

Sur le stand de la Commission Climat du Bassin du Congo, la ministre du Tourisme et de l’environnement, Arlette Soudan-Nonault, a expliqué les enjeux de la participation du Congo à la 23e session de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Dans son allocution, la ministre congolaise a rappelé qu’en marge de la COP22 à Marrakech, trois commissions avaient été mises en place sous l’impulsion du roi Mohamed VI : la Commission des États insulaires, la Commission Sahel et la Commission climat du Bassin du Congo présidée par le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso. « Le chef de l’Etat a doté la Commission climat du Bassin du Congo d’un outil et d’un cadre institutionnel » , a-t-elle indiqué, rappelant que le Fonds bleu pour le Bassin du Congo avait été acté à Marrakech et a connu une première étape à Oyo avec la signature du mémorandum d’entente. La nouvelle étape de négociations en Allemagne s’annonce cruciale, ce qui a conduit Arlette Soudan-Nonault à interpeller les négociateurs en ces termes sur la nécessité de réagir avec force et gérer de toute urgence les questions climatiques et environnementales.  

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire