Coopération : Nicolas Simard échange avec Sylvestre Didier Mavouenzela

0

L’ambassadeur du Canada au Congo et le président de la Chambre de commerce de Pointe-Noire se sont entretenus, ce 14 mars, en vue de faciliter les échanges et développer les relations entre les entreprises des deux pays.

La rencontre a eu lieu à la Chambre de commerce. Elle a permis aux deux personnalités d’échanger sur les atouts naturels du Congo et les initiatives prises par cette Chambre pour aider les entreprises à se développer et à faire face à  la conjoncture économique actuelle du pays qui s’avère difficile. Il s’agit, entre autres, du concept « Destination pays», activité permettant à un pays donné de présenter les opportunités d’affaires qu’il offre aux chefs d’entreprises de la place en vue de développer des relations commerciales. Il y a aussi le forum de l’entrepreneuriat et la convention « Lisanga » qui rassemble les entreprises congolaises et étrangères pour des échanges et la création des liens de partenariat.

Nicolas Simard et Sylvestre Didier Mavouenzela ont regardé ensemble les secteurs de coopération possible, notamment l’industrie et l’agro-industrie qui, au niveau du Congo, offrent de nombreuses opportunités. Et le Canada dispose d’une expertise, la sous-traitance industrielle pour renforcer les capacités des PME locales, le numérique dont les capacités ne sont pas encore exploitées à fond dans le pays et le tourisme durable. Satisfait des initiatives de la Chambre de commerce, Nicolas Simard a suggéré que les relations dans le cadre de leur coopération commencent avec les entreprises du Québec «qui sont déjà intéressées à venir à Pointe-Noire»

La question sur l’amélioration du climat des affaires a été également soulevée avec les aspects liés au dialogue public-privé qui tarde à prendre corps dans le pays.  L’entrepreneuriat féminin qui se développe petit à petit, surtout dans le secteur de la transformation agricole, a été aussi l’une des préoccupations. Ce secteur, actuellement confronté aux problèmes de structuration et aux tracasseries administratives, intéresse l’ambassadeur du Canada qui a souhaité la présence des produits congolais sur le marché canadien.

Par ailleurs, Sylvestre Didier Mavouenzela a émis le besoin de formation à Pointe-Noire d’un groupe des « Accompagnants», une méthode canadienne destinée à accompagner les entreprises qui, selon lui, est adaptée aux réalités des entreprises locales et du pays.

Légendes et crédits photo : 

1-Nicolas Simard s’entretenant avec Sylvestre Didier Mavouezela
2- La poignée de main au terme de la rencontre

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire