Coopération : l’ambassadeur des USA au Congo entend privilégier le travail

0

Au-delà des liens d’amitié qui unissent les deux pays, le nouvel ambassadeur américain en République du Congo, Todd Haskell a promis durant son mandat, « travailler avec le gouvernement et le peuple congolais pour renforcer ces relations ».

« Nous allons construire un partenariat plus fort et travailler vers un Congo plus démocratique et prospère », a assuré le diplomate américain qui s’exprimait le 20 juillet à l’occasion de la fête nationale de son pays.

Il projette de créer à Brazzaville et Pointe-Noire des émissions internationales qui seront diffusées à la radio 24/24 par la voix de l’Amérique au profit de la population.

Nanti d’une riche expérience diplomate, le nouvel ambassadeur des USA au Congo a estimé que les gens partagent les mêmes objectifs : « vivre une vie saine, en paix et dans la prospérité avec de meilleures perspectives pour les générations futures ».

Pour stimuler l’économie, a-t-il poursuivi, «les pays ont besoin de créer un climat d’investissement propice. Les entreprises ont besoin de stabilité, d’infrastructures, des systèmes bancaires opérationnels et transparents, et des partenaires fiables ». Todd Haskell a en outre exprimé la nécessité de promouvoir un commerce libre et équitable.

Après avoir exprimé son admiration vis-à-vis des jeunes africains participant au programme YALI (Young African Leadership Initiative), il a fait savoir que « ces jeunes leaders philanthropiques et entreprenants aideront le Congo à diversifier son économie, créeront des emplois et deviendront des leaders de demain ».

Lancé en 2010 par le président Barack Obama, le programme YALI est un projet phare du gouvernement américain en faveur des jeunes leaders africains. Il fournit entre autres à ces jeunes des occasions uniques pour mettre en pratique leurs nouvelles compétences en Afrique afin de stimuler la croissance économique et la prospérité et de consolider les institutions démocratiques.

Reprenant les propos du président Donald Trump qui déclarait, « nous voulons un monde plus pacifique, plus juste et plus libre. Nous voulons forger de nouveaux partenariats, lorsque nos intérêts partagés s’alignent. Nous voulons l’harmonie et la stabilité, pas la guerre et le conflit. Nous voulons la paix, partout où elle peut être trouvée », l’ambassadeur américain, Todd Haskell s’est dit convaincu que le Congo partage ces mêmes intérêts.

La soirée commémorative du 242ème anniversaire de l’indépendance des Etats-Unis a été agrémentée par la musique du jazz avec la chanteuse américaine Shola Adisa Farrar et son groupe. « Le Jazz est un patrimoine développé aux Etats-Unis, mais qui émane de la culture africaine. Quelle meilleure façon de célébrer, ici en Afrique, la liberté américaine, qu’une célébration de la fête de l’indépendance avec le Jazz, cette musique improvisée et libre qui transcende les frontières » a déclaré Todd Haskell. Et d’ajouter : « Tout comme le Jazz, l’histoire de l’homme a commencé ici en Afrique, et, comme l’humanité, elle s’est répandue dans le monde entier ».

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire