Coopération: Félix Tshisekedi entame sa première tournée régionale

0

C’est par l’Angola que le chef de l’Etat a débuté, le 5 février, sa première sortie dans quelques pays voisins. Un rituel auquel il ne pouvait pas déroger pour rassurer sur sa disponibilité à coopérer avec les Etats frontaliers.

L’Angola a finalement reconnu l’investiture de Félix Tshisekedi comme président élu de la République démocratique du Congo (RDC) après moult atermoiements. Ce pays espère que la nouvelle donne politique congolaise contribuera à relancer les différents projets de coopération bilatérale. « La complémentarité des deux économies et le potentiel sont essentiels, ce qui permet de rationaliser les coûts et les moyens », a indiqué, dans la foulée, le ministre angolais des Relations extérieures, Manuel Augusto, cité par l’Agence angolaise de presse.

Autant dire que les sujets de discussions n’ont pas manqué lors de l’échange que les deux chefs d’Etat ont eus à Luanda. Manuel Augusto cite, entre autres, la capitalisation du chemin de fer de Benguela lié au port de Lobito qui, d’après lui, peut booster l’industrie minière de la RDC, avec des avantages pour l’Angola. Il entrevoit également, avec le nouveau leadership en RDC, la possibilité de garantir l’électrification de Cabinda grâce à la capacité énergétique de ce pays qui possède Inga, l’un des plus grands barrages hydroélectriques du continent africain.  L’occasion était également toute indiquée pour les deux chefs d’Etat de se rassurer mutuellement en levant toutes les incompréhensions et autres ambigüités dans leur approche de coopération bilatérale qu’ils veulent redynamiser pour le bien-être de leurs populations respectives.

Pour cette première tournée à l’étranger, Félix Tshisekedi se fait accompagner par une forte délégation d’une vingtaine des membres dont quelques  ministres du gouvernement sortant, à l’instar du ministre des Affaires étrangères, Léonard She Okitundu, mais aussi du ministre de la Défense et celui des Finances. L’agenda du chef de l’Etat prévoyait également un déplacement, toujours le 5 février, vers Naïrobi, au Kenya, où il était attendu par son homologue Uhuru Kenyatta qui a été un de ses grands soutiens lors des tractations ayant abouti à la création de la plate-forme électorale Cap sur le changement.

C’est par Brazzaville, capitale de la République du Congo, que Félix Tshisekedi va boucler, sa première tournée régionale. Sur place, le cinquième chef de l’État de la RDC s’entretiendra avec son homologue congolais, Denis Sassou N’Guesso, qui a été d’un grand apport dans l’atterrissage en douceur du processus politique en RDC suite à son implication personnelle. Une visite qui a valeur de symbole pour sceller davantage les liens séculaires d’amitié et de fraternité qui unissent les deux Congo. A noter aussi que ce week-end, Félix Tshisekedi devrait être à Addis-Abeba pour prononcer son discours de président nouvellement élu, une tradition des sommets de l’Union africaine.

Légendes et crédits photo : 

Félix Tshisekedi et Joao Lourenço ce 5 février à Luanda

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire