Conseil Supérieur de la magistrature : L’allocution du ministre de la Justice fait tache d’huile

0

Autour du discours prononcé le mercredi 10 octobre dernier  à l’ouverture de l’assemblée extraordinaire des assises du Conseil Supérieur de la Magistrature,  par le ministre d’Etat chargé de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, la polémique enfle.  D’une part les avis sont partagés dans le chef des Congolais. Les uns soutiennent le point de vue du ministre, qui a appelé le chat par son nom, tandis que les autres condamnent ce dernier, estimant que la corruption est une imperfection majeure qui gangrène la société congolaise de façon indistincte.

D’autre part, lésés et blessés dans leur amour propre, par des propos « incendiaires » du ministre, qui n’a pas mâché ses mots, les magistrats exigent des excuses de la part de l’autorité de tutelle « pour leur avoir manqué de considération ». Ils vont plus loin en décidant d’observer un arrêt de travail ce lundi 23 et demain mardi 24 octobre. La réaction est tombée le vendredi 20 octobre dernier.

Tout le monde est concerné

En dénonçant les trois V (villas, voiture, vestes) dont raffolent,  selon lui, les magistrats, le ministre Thambwe a-t-il menti ?  Bien sûr que non! Tout le monde sait combien l’appareil judiciaire congolais est corrompu.  En dénonçant des atermoiements judiciaires délibérément pratiqués par des magistrats véreux, le ministre n’a fait qu’ouvrir la boite de pandore.  Résultats, des 5000 personnes qui croupissent à la prison centrale de Makala, moins de 2000 ont été (régulièrement) condamnés.  Des dossiers entiers sont ainsi gelés, dans l’espoir d’un contact en vue d’un arrangement à l’amiable.  Ne dit-on pas qu’un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès !

Le dossier qui suscite une vive polémique aurait dû être débattu à l’Assemblée nationale lorsque le ministre était visé par une motion de défiance.  Qu’à cela ne tienne.  Les magistrats doivent se rendre à l’évidence du caractère noble que revêt le troisième pouvoir au service du peuple.

Dire qu’ils comptent parmi les plus corrompus, cela est  indéniable.  Si vraiment les magistrats indexés se sentent injustement incriminés alors, la main sur le cœur, ils devraient rendre le tablier sans aucune autre forme de procès plutôt que se croasser inutilement.  On ne doit cependant pas jeter l’anathème aux seuls magistrats étant donné que anti valeurs et impunités sont des maux qui rongent la société congolaise.

Par GO

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire