Conseil départemental et municipal de Pointe-Noire : la deuxième session ordinaire se penche sur le budget et le programme d’investissement 2018

0

 Les assises ouvertes le 12 février vont se poursuivre jusqu’au 21 février. Outre les prévisions buidgétaires de l’exercice en cours, elles vont également traiter d’autres affaires inscrites à l’ordre du jour.

Les élus locaux débattent du projet de budget 2018 de la commune, proposé à la délibération du conseil. Un budget primitif qui tient compte de la situation de crise économique et financière que traverse actuellement le pays. Celui-ci s’élève à la somme de 18 504 000 000 F CFA contre 15 000 000 FCFA au budget additionnel 2017 alors qu’il s’élevait à la somme de 21 435 000 000 FCFA au budget primitif 2017. En effet, le bureau exécutif du conseil a pris l’engagement de tout mettre en œuvre cette année «pour faire beaucoup avec peu ».

De ce fait, ce bureau s’est fixé comme objectif principal cette année, « de restreindre son champ d’action en faisant des choix judicieux en fonction des ressources propres». Il entend ainsi assurer la fluidité urbaine par l’exécution de certaines tâches comme le point-à-temps en permanence sur toutes les voies bitumées de la ville, le bitumage des voies déjà élargies avec aménagement des trottoirs, l’aménagement, après déguerpissement intelligent, des trottoirs dans le centre-ville et dans les autres artères principales de la ville, la réhabilitation de quelques feux tricolores à certains carrefours encombrés de la ville, la réhabilitation et la modernisation du rond-point Kassaï .

Pour ce qui est des investissements au titre de l’exercice 2018, le montant total s’élève à la somme de 8 951 600 155 FCF, contre 11 262 850 000 FCFA. La réalisation des ambitions est liée à la maîtrise de toute la chaîne de mobilisation des ressources du budget, a indiqué Jean François Kando, président du conseil départemantal et municipal, qui a loué, par ailleurs, les efforts de l’Etat en faveur des conseils locaux. «La loi de finance 2018 récemment adoptée par les deux chambres de notre parlement a alloué à notre collectivité, nonobstant la dureté des temps, la somme de 2 490 000 000 FCFA au titre des subventions et dotations diverses. D’autres mesures tendant à desserrer l’étau autour des recettes des collectivités locales ont également été prises (…) Nous négocions actuellement le paiement des différentes récessions non effectuées par le Trésor public au profit du budget municipal dont le montant global en notre faveur tourne autour de  cinq milliards de francs CFA.», a fait savoir Jean François Kando.

En outre, le bureau exécutif du conseil entend tout mettre en œuvre pour  optimiser les recettes (traque des prédateurs, amélioration des performances des services générateurs des recettes et autres). Et pour le président du conseil, malgré les difficultés du moment, il est plus que nécessaire d’assurer la maintenance des équipements existants car ils facilitent la vie quotidienne des concitoyens. Il a aussi sollicité l’engagement et l’apport de tous pour la modernisation de Pointe-Noire dans un esprit fondé sur la citoyenneté, en privilégiant la concertation, l’effort, la gestion participative.

Hormis le budget, les conseillers vont également examiner et adopter d’autres points parmi lesquels, la délibération autorisant le bureau exécutif du conseil départemental et municipal de Pointe-Noire à conclure un contrat de prestations financières avec le cabinet d’études et de conseil GEEPS-Consulting SARL sur la maximisation du potentiel fiscal et parafiscal de la ville ; la délibération instituant une journée de nettoyage de la ville ; le projet autorisant le bureau exécutif du conseil à procéder à l’aménagement de la côte sauvage.

Notons qu’en marge de cette session, le conseil a effectué, le 13 février, une visite au rond-point de la République rénové, à la décharge de Vindoulou et à la côte sauvage.

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire