Conflit interethnique en RDC : plus de seize mille personnes se réfugient au Congo

0

Des milliers de Congolais de Kinshasa fuient des violences interethniques dans leur pays, a signalé le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), lançant un appel à la mobilisation.

Les récents mouvements de plus de seize mille personnes sont le résultat d’affrontements meurtriers qui ont éclaté fin décembre 2018 entre les Banunu et Batende à Yumbi, dans la province de Mai-Ndombe, à l’ouest de la République démocratique du Congo (RDC). Une rivalité de longue date entre ces deux communautés a été ravivée, menant à de nouveaux affrontements interethniques qui auraient causé des dizaines de morts et environ cent cinquante blessés seraient arrivés au Congo, précise l’agence onusienne.

Les personnes qui fuient la RDC ont témoigné d’attaques qui ont réduit les maisons en cendres et causé la mort d’habitants. Certaines craignaient une escalade du conflit.

Des réfugiés, pour la plupart des femmes et des enfants de la tribu Banunu, continuent, d’ailleurs, d’arriver dans le district de Makotimpoko et dans la localité de Bouemba au Congo, où les autorités de Brazzaville et les agences des Nations unies, dont le HCR, fournissent des soins médicaux, de la nourriture et des articles non alimentaires. « Le HCR apporte son appui aux autorités locales en République du Congo pour fournir une aide humanitaire aux réfugiés récemment arrivés depuis la RDC. Nous coordonnons les efforts de secours pour aider le gouvernement à venir en aide aux réfugiés », a déclaré Andrej Mahecic, porte-parole du HCR, lors d’un point de presse le 4 janvier au Palais des nations à Genève.

A l’intérieur du pays, les réfugiés sont installés parmi les communautés locales dans les localités reculées de Makotimpoko, Bouemba, Mopongo et Mpouya dans le département des Plateaux. Il s’agit de l’afflux de réfugiés le plus important depuis près d’une décennie à la suite des violences interethniques dans l’Equateur. En 2009, environ cent trente mille personnes avaient été contraintes d’y trouver refuge en raison d’affrontements ethniques perpétrés dans l’ancienne province de l’Équateur en RDC.

Le HCR et le Programme alimentaire mondial ont déjà déployé des équipes dans la région et distribuent, depuis le 29 décembre dernier, des articles de secours, notamment des vivres, des bâches et d’autres articles de première nécessité. Les distributions de nourriture ont commencé le 1er janvier  à Bouemba et s’étendront à d’autres localités dans les jours à venir. Cependant, les réfugiés continuent de vivre dans des conditions difficiles. Ils sont hébergés dans des régions reculées où les communautés ont déjà du mal à accéder à l’eau, à la nourriture et aux soins de santé.

Les organisations humanitaires sont également confrontées à des défis logistiques, certaines localités n’étant accessibles que par le fleuve. La saison des pluies et les inondations dans la région ont exposé les nouveaux arrivants au paludisme et aux maladies d’origine hydrique.

Pour rappel, le Congo Brazzaville accueille actuellement environ soixante mille réfugiés, principalement originaires de la République centrafricaine, de la RDC et du Rwanda.

 

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire