Commerce : la foire de Brazzaville démarre en août

0

La deuxième édition de la foire dite « multisectorielle de Brazzaville » est prévue du 1er août au 15 septembre a annoncé, le 6 juin, Basile Obongui, directeur général du Centre congolais du commerce extérieur (CCCE),  lors d’une réunion avec l’équipe organisatrice.

« Nous avons eu l’accord du ministre de tutelle pour organiser l’édition après celle de 2016 qui avait eu lieu dans les jardins du Palais des congrès de Brazzaville. Nous sommes déjà avancés dans la construction des stands sur le site choisi cette fois-ci », a déclaré Basile Obongui.

Sur le site de la société Agrotec situé au quartier Nkombo Matari, au nord de la capitale, sur l’avenue de l’Union africaine (arrêt de bus de la ferme », la foire de Brazzaville va, une fois de plus, permettre aux opérateurs économiques de faire valoir leur produit, dans le cadre de la promotion du potentiel productif du pays.

Pour accompagner ce dessein, le CCCE a choisi le thème « La diversification de l’économie congolaise en vue de la promotion des biens et services made in Congo ». L’occasion, a souligné Basile Obongui, d’élever, outre les expositions, un haut lieu de rencontres, d’échange d’expériences entre les opérateurs économiques congolais et étrangers.

Depuis plusieurs jours déjà, une équipe technique s’active à gagner du temps sur ce nouveau site dans l’érection des stands de plusieurs formats. Le CCCE estime à plus de cinquante le nombre de stands sur ce terrain dès mi-juillet. Pour donner à ce site sa dimension foraine, l’événement prévoit un grand podium où se produiront plusieurs artistes musiciens, humoristes et bien d’autres. Alors qu’elle prévoit d’accueillir plus de soixante-dix mille adultes et trente mille enfants, la foire a décidé d’y installer des jeux pour permettre aux plus jeunes de meilleurs divertissements pendant cette période de grandes vacances.

En organisant la 1e édition de la foire multisectorielle de Brazzaville en 2016, le CCCE se donnait le pari de renouer avec une activité qu’il n’avait plus accompli depuis vingt ans. Si les autorités compétentes tentent désormais d’accorder une attention particulière à cette activité promotrice de l’économie, reste pour le CCCE d’obtenir un espace approprié d’exposition, comme dans d’autres pays, pour plus d’expression.

 

Légendes et crédits photo : 

Basile Obongui

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire