Commerce : la Chine et les Etats-Unis reprennent langue

0

Chinois et Américains ont repris, le 11 février, leurs négociations commerciales alors que le Fonds monétaire international a mis en garde contre une « tempête » sur l’économie mondiale liée, en partie, aux hausses de droits de douane décidées par les deux géants mondiaux.

À moins de trois semaines de l’échéance fixée par le président américain, Donald Trump, avant une nouvelle salve de sanctions commerciales contre la Chine, son représentant adjoint au Commerce, Jeffrey Gerrish, a entamé à Pékin des discussions préliminaires.

Jeffrey Gerrish, qui avait déjà engagé des négociations début janvier dans la capitale chinoise, a quitté son hôtel de Pékin en début de journée, sans aucune déclaration à la presse.

Ces tractations doivent précéder des discussions jeudi et vendredi à Pékin avec les hauts responsables de la négociation : le représentant pour le Commerce, Robert Lighthizer, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, côté américain, et côté chinois, le vice-Premier ministre, Liu He, et le gouverneur de la banque centrale, Yi Gang.

Comme début janvier, Washington a profité des discussions pour faire transiter deux destroyers en mer de Chine méridionale, zone stratégique considérée par Pékin comme ses eaux territoriales et qui voit passer près du tiers du commerce mondial. Pékin a réagi lundi, accusant les Etats-Unis de chercher « à provoquer des troubles ».

Les discussions commerciales font suite à celles organisées le mois dernier à Washington, qui ont donné lieu à un entretien entre Liu He et Donald Trump.

Après un regain d’optimisme à la suite de ces négociations, Washington a soufflé le froid la semaine dernière, l’administration Trump assurant qu’il y avait « encore beaucoup de travail » avant que les deux premières puissances économiques du monde ne parviennent à surmonter leurs multiples différends.

Le président américain, qui avait annoncé une réunion avec son homologue chinois, Xi Jinping, « dans un avenir proche », a même indiqué qu’il n’avait pas prévu de le rencontrer avant l’échéance de début mars.

Les économistes ne s’attendent pas à une percée

Lors d’un entretien début décembre en Argentine, les deux présidents se sont fixé cette échéance pour parvenir à un règlement négocié.

Passé cette date, des droits de douane frappant l’équivalent de deux cents milliards de dollars d’importations chinoises annuelles aux Etats-Unis seront portés de 10% à 25%.

Outre l’énorme excédent commercial que la Chine dégage de ses échanges bilatéraux, Washington exige qu’elle mette fin à ses pratiques jugées déloyales telles que le transfert forcé de technologies américaines, le « vol » de la propriété intellectuelle américaine, le piratage informatique ainsi que les subventions massives accordées aux entreprises publiques pour en faire des champions nationaux. Car, dans ce conflit se joue la position dominante des deux pays dans les hautes technologies de demain.

« La technologie est l’avantage le plus important dont disposent les Américains. Nous sommes innovants, nous sommes excellents sur le plan technologique », avait déclaré, début décembre, Robert Lighthizer dans un rare entretien télévisé.

La perspective d’une aggravation de la guerre commerciale pèse sur les marchés financiers mondiaux qui redoutent ses conséquences pour l’économie mondiale.

Elle inquiète aussi Christine Lagarde, directrice générale du Fonds monétaire international, qui a mis en garde, le 10 février à Dubaï, contre une éventuelle « tempête » économique mondiale.

Christine Lagarde a évoqué ce qu’elle a appelé les « quatre nuages » qui menacent la planète : tensions commerciales, resserrement des taux d’emprunt, Brexit et ralentissement de l’économie chinoise. Selon elle, les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis ont commencé à affecter l’économie mondiale.

« Quand il y a trop de nuages, il suffit d’un éclair pour déclencher la tempête », a averti la directrice générale de l’institution financière, qui a appelé les gouvernements à s’y préparer et à éviter le protectionnisme.

Les discussions de cette semaine « pourraient déboucher sur des progrès à l’approche de l’échéance du 1er mars », estiment, dans une note, les économistes de la Société générale qui ne s’attendent toutefois pas à « une percée ».

 

 

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire