Commerce du Bois : vers l’installation du logiciel de vérification de la légalité

0

Le système informatisé de vérification de la légalité permettra au Congo de vendre en toute transparence son bois sur le marché européen. En attendant sa mise en service dès 2018, les parties congolaise et européenne poursuivent les discussions dans le cadre du processus APV-FLEGT.

 

Le sixième comité conjoint de mise en œuvre de l’accord volontaire APV-FLEGT (Application des règlementations forestières, gouvernance et accords commerciaux), s’est tenu le lundi 22 mai, à Brazzaville. Les parties prenantes ont évoqué, entre autres questions, l’installation du logiciel et l’implication des acteurs de la société civile.    

En effet, le logiciel de vérification de la légalité du bois sera installé avant fin mai 2017, et hébergé au ministère des Finances. Le déploiement du logiciel SIVL va s’opérer de manière progressive, notamment par l’amélioration évolutive du système jusqu’à août 2017, la maintenance à partir de septembre 2017, les équipements et matériels à compléter d’ici fin septembre 2017, ainsi que les formations pendant la même période.

À l’horizon 2018, toutes les données réelles d’exploitation des différents sites du pays à savoir les quelques 32 concessionnaires seront insérées dans le système SIVL. L’année 2017 est consacrée aux démarches nécessaires à l’effectivité de cet outil, nous confiait le point focal APV-FLEGT.

L’ambassadeur de l’UE au Congo, Saskia de Lang, qui a salué les efforts du gouvernement dans la mise en œuvre du processus APV-FLEGT, a plaidé en faveur de la participation effective des acteurs de la société civile.

« Le déploiement national du système SIVL produira ses effets et bénéfices, dont celui d’augmenter les recettes fiscales en évitant certaines fraudes », a estimé la diplomate européenne.

L’application de l’APV-FLEGT, pense la ministre de l’Economie forestière, Rosalie Matondo, va conduire le Congo non seulement vers la création de nouveaux liens commerciaux mais aussi permet d’apporter des réformes pour un développement durable.

« Au regard des résultats relevés par les experts, des performances ont été obtenues », a déclaré Rosalie Matondo, citant la validation à 70% des procédures de contrôle et vérification de la légalité, le lancement des missions d’audit et d’observation indépendante dans le pays.

L’un des défis du gouvernement, indique la ministre, est l’accélération de la procédure sur l’adoption de la loi portant régime forestier en République du Congo. Un groupe de travail interne est à pied d’œuvre, a rassuré Rosalie Matondo.

 

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire