Commémoration : les journalistes impliqués dans la sensibilisation sur l’hygiène menstruelle

0

Chaque 28 mai est célébrée  la journée mondiale  de l’hygiène menstruelle. Pour cette année, le thème choisi est : « L’éducation sur la menstruation change tout ». En RDC, cette journée sera commémorée  le 26 mai 2017  au complexe scolaire Lemfu dans la commune de N’djili.

En prévision de cette commémoration, les journalistes membres du Réseau des journalistes amis de l’enfant (RJAE) ont été conviés à une journée d’information organisée par le programme village assaini.

Pour le responsable de la direction nationale de l’hygiène et coordonnateur  national du Programme village Assaini, le Dr. Benjamin Kwengani Mavard, l’hygiène menstruelle est un domaine vaste et complexe. La menstruation, a- t-il dit, figure  parmi les éléments qui handicapent la jeune fille à fréquenter régulièrement l’école. celle-ci peut-être douloureuse, moins douloureuse. « Mais si elle est abondante, elle va gêner la jeune fille à bien  fréquenter l’école et à vaquer à ses occupations ».

 Le Dr Mavard s’est  également appesanti sur la gestion des serviettes hygiéniques. « La gestion des serviettes hygiéniques figure  dans le circuit de l’hygiène menstruelle. Les sites où ces serviettes sont jetées doivent être liés à l’hygiène menstruelle. En dehors de ces sites, il y a aussi le comportement de la jeune fille », explique-t-il tout en insistant sur  l’implication des hommes et femmes des medias dans la vulgarisation de la pratique liée à la gestion de l’hygiène menstruelle par les jeunes filles et les personnes vulnérables.                                    

Pour sa part, Jean-Jacques Diyabanza, chef de la division de la communication à la direction nationale de l’hygiène et point focal national communication programme Village Assaini, a  reconnu que toutes les filles ne reçoivent pas des explications sur le cycle menstruel et certaines d’entre elles ne savent pas ce que sont les règles, et ce, jusqu’au jour où celles-ci surviennent.

Certaines cultures, a-t-il indiqué,  imposent des restrictions sur les femmes et les jeunes filles pendant leur cycle menstruel et les empêchent de faire la cuisine, de faire du sport, de partager les mêmes ressources en eau ou les mêmes installations sanitaires, voire de dormir dans la maison.

Cette  période des règles entraîne l’isolement des filles/femmes car,  le sang des règles est impur. Les femmes/filles menstrues vivent isolées dans des abris de fortune.

L’instauration de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle vise à rompre le silence et  diffuser l’information pour permettre à la communauté en général et la communauté scolaire en particulier de communiquer et d’échanger  sur l’amélioration de la gestion  de l’hygiène menstruelle. Cette journée a aussi pour but d’interpeller les décideurs afin d’améliorer les infrastructures hydro-sanitaires en milieu scolaire en vue d’augmenter la  fréquentation scolaire des filles, de leur participation et de leur maintien à l’école, même pendant leurs règles.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire