Colloque scientifique sur le royaume Kongo : le professeur émérite Théophile Obenga ouvre la conférence inaugurale

0

Après la cérémonie officielle, les participants et invités ont assisté à la conférence inaugurale donnée par l’historien et philosophe sous la modération du Pr Manda Tchebwa.

C’est un exposé magistral qui reflète le travail d’un grand maître d’histoire, auquel le professeur émérite Théophile Obenga a servi à l’auditoire. D’ailleurs, en commençant son exposé, il a noté un élément très important. « Celui qui tient un discours sur le sujet d’histoire doit offrir quelques garanties d’autorité, de légitimité et de compétence », a-t-il décalré.  Il l’a démontré. Et à travers cette conférence inaugurale, il a conduit les participants au cœur d’un vrai colloque scientifique, digne de ce nom.

Les travaux à proprement dits ont commencé après la conférence inaugurale. Au total, quatre panels. Les deux premiers ont eu lieu le même jour et les deux autres sont programmés pour ce 3 octobre. 

Panel 1 : Exister et mode de vie

Le premier panel avait pour modératrice Scholastique Dianzinga, professeur d’histoire, à l’université Marien-Ngoubi (UMNG)  avec pour rapporteur Ghislain Maguessa Ebome (docteur en philosophie). Les communications ont porté sur : « Insécurité et intégrité kongo (XVIe- XVIIesiècles) », par Yvon Norbert Gambeg (professeur d’histoire à l’UMNG) ; « Lemba et Otwere : deux institutions de régulation », par Abraham Ndinga Mbo, professeur d’histoire à l’UMNG ; « La société kôngo a-t-elle généré une économie politique endogène ? » par Louis Bakabadio, économiste, conseiller spécial du président de la République ; « Les institutions de pacification au Royaume Kongo (XVIe-XVIIe siècles), par Joseph Zidi, maître assistant d’histoire à l’UMNG ; « Mbongi a Ngîndu. Ecole de philosophie au vieux Kôngo », par Patricio Cipriano Batsikâma Mampuya, docteur en anthropologie et histoire en République d’Angola ; « Aux racines de Kongo dia Ntotila : le Nyadi-Nsundi et le Vungu », par Roland C. Mbinda-Nzaou, docteur en histoire à l’UMNG ; « La morale Kongo : un facteur du vivre-ensemble », par Jean-Paul Efaka, docteur en philosophie à l’UMNG ; « L’éducation et ses valeurs fondamentales au Royaume Loango », par Raymond Menga-Poaty, docteur en histoire à l’UMNG ; « La spiritualité kongo : héritage des civilisations nilotiques« , par Ramses Bongolo, écrivain ; « Manger pour exister : les coutumes alimentaires des Kongos aux XVIe et XVIIe siècles », par Jean-Félix Yekoka, maitre-assistant d’histoire à l’UMNG.

Panel 2 : Ponts entre les différentes aires culturelles

Le panel 2 a connu comme modérateur Yvon Norbert Gambeg avec pour rapporteur Jean-Paul Efaka. Les communications ont porté sur : « La coopération Luso-kongolaise à travers la correspondance de Don Afonso1er, Roi du Kongo (1506- 1543)« , par Jean-Marie K. Mutamba Makombo, professeur émérite d’histoire, à l’université de Kinshasa, en RDC ; « Le mythe fondateur du vivre-ensemble : entre tradition et modernité », par Charles Zacharie Bowao, professeur de philosophie à l’UMNG ; « Diversité culturelle et problématique de la construction de la nation congolaise : les faits et les valeurs d’une identité partagée », par Didier Ngalebaye, maitre-assistant à l’UMNG ; « De l’ordre traditionnel d’O’ngui (O’nguia) à l’institution du Royaume téké », par Amen Krishna Ndounia, maitre-assistant de philosphie à l’UMNG ; « Le messianisme kongo et après », par Raoul Goyendzi, maitre-assistant de sociologie, à l’UMNG ; « Croisement des aires culturelles congolaises : cas des mbosi-téké », par Joseph Itoua, maître de conférences d’histoire à l’UMNG ; « Les fondements historiques du Royaume Kongo », par Zéphirin Sah, assistant en histoire à l’UMNG ; « De la diaspora Kongo en Amérique espagnole », par Arsène Francoeur Nganga, doctorant en histoire à l’UMNG.

Pour la journée du 3 octobre, les experts débattront des panels 3 et 4 

Le panel 3, avec pour thème : « Arts et littérature », sera modéré par le Pr Abraham Ndinga Mbo avec pour rapporteur, Estelle Otha, doctorante en philosophie.

Les communications : « Les arts syncrétiques du Royaume Kongo », par Pamphile Mabiala Mantuba-Ngoma, professeur ordinaire à l’université de Kinshasa en RDC ; « Ethique et esthétique de la gestuelle kongo », par Jean Claude Bayakissa, maître de conférences à l’UMNG ; « Formes et symboles graphiques en organologie chez les Kongo : lecture sémio-anthropologique », par Bienvenu Boudimbou, maître-assistant en communication à l’UMNG ; « La sculpture Kongo (XVIe – XVIIe siècles) », par Serge Rufin Kaya Bilala (docteur en histoire à l’UMNG) ; « Le Royaume Kongo dans la littérature congolaise contemporaine », par Willy Gom, écrivain ; « Le kikongo dans le vocabulaire rituel des Afro-Brésiliens », par Radlich Jorel Ndongani, doctorant en linguistique à l’UMNG.

Panel 4 : Femmes et société

Le panel 4 aura pour modérateur le Pr Charles Zacharie Bowao avec pour rapporteur Antonella Kornegie Atipo, doctorante en histoire.

Les communications : « La femme kongo à l’époque de la grandeur du royaume : statut social et juridique », par Dominique Ngoïe-Ngalla, professeur d’histoire à l’UMNG ; « Les femmes dans le royaume Kongo entre le clos et l’ouvert du XVIe au XVIIIe siècles », par Sholastique Dianzinga, professeure d’histoire à l’UMNG ; « Femmes et rites agraires dans la civilisation agricole kongo du XVe au XVIIe siècles », par Alfred Mouzezo Mbala, docteur en histoire à l’UMNG ; « Les jumeaux dans l’imaginaire kongo« , par Maurice Nsikahana, géographe.

Peu avant la cérémonie de clôture, le Pr Dominique Ngoïe-Ngalla va prononcer la synthèse des travaux et résolutions.  

Légendes et crédits photo : 

Photo : le Pr émérite Théophile Obenga et le Pr Manda Tchebwa lors de la conférence inaugurale

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire