Clôture du mois de la femme : la Dynamique Odm et Afejedec au chevet des maraichères de Selembao

0

Les associations des maraichères de la commune de Selembao ont échangé, le samedi 31 mars, avec un groupe d’émissaires de l’Association des femmes et des jeunes pour le développement communautaire (Afejedec) ainsi que ceux de la Dynamique Odem, sur la nécessité d’une auto prise en charge de la femme. Des échanges qui s’inscrivent dans le cadre de la clôture du mois de mars dédié à la femme. Objectif : recevoir les desiderata de la femme vivant dans la périphérie, dans le but d’apporter tant soit peu les solutions nécessaires aux problèmes auxquels elle fait face.

Conduite par la présidente de l’Afejedec, Evelyne Kabuiku, la délégation du tandem Afejedec-Dynamique Odem a eu les mots justes pour exprimer sa solidarité envers la femme maraichère de la périphérie de Kinshasa.

Au cours des échanges, les maraichères de Selembao ont exprimé leurs préoccupations en rapport avec l’exercice de leur métier d’agricultrices.

Parmi les problèmes posés par l’auditoire, l’on note le manque d’outils de travail, l’absence de l’appui institutionnel, le manque d’aménagement des sites où elles opèrent. Allusion faite au curage des rivières le long desquelles les maraichères de ce coin de Kinshasa cultivent.

Prêtant une oreille attentive à ses interlocuteurs, Evelyne Kabuiku, native du coin a promis de résoudre, tant soit peu, les différents problèmes soulevés par les maraichères de Selembao. « Nous nous organiserons dans la mesure du possible pour trouver des solutions durables aux problèmes que vous avez posées », a-t-elle réagi.

Sans appui extérieur et avec les moyens de bord, Evelyne Kabuiku a résolu de se procurer quelques outils de travail pouvant apporter une réponse positive aux problèmes posés par les maraichères. Ainsi, elle pourra, dans un délai raisonnable, trouver quelques arrosoirs, houes, bèches, engrais naturels et quelques semences au bénéfice des maraichères.

« Même après le mois de mars dédié à la femme, nous continuerons à prêter une oreille attentive aux mamans maraichères de Kinshasa, principalement celles de la commune périphérique de Selembao. Hormis le peu des moyens matériels dont nous disposons, nous préparons une série de formations à l’attention des maraichères afin que celles-ci soient en mesure de se prendre suffisamment en charge. Parmi les matières retenues, il y a l’éducation financière, les notions d’agriculture, les questions environnementales et autres », a indiqué la présidente de l’Afejedec.

Il faut noter qu’à Kinshasa, l’apport des maraichères dans le bon fonctionnement des ménages occupe une place importante. Grace aux légumes et autres biens de consommation produits avec des moyens rudimentaires, de nombreuses familles sont nourries. D’autres ménages, principalement dans la périphérie de Kinshasa, subsistent grâce au que gagnent les maraichères après la vente de leurs produits des champs.

Dans le cadre de l’accompagnement des vulnérables et gagne-petits, la Dynamique Odem et l’Afejedec promettent d’étendre leurs actions dans plusieurs autres communes de Kinshasa.

Notons que les années antérieures, des centaines de femmes des communes de Bumbu et Selembao ont bénéficié de la formation en coupe et couture ainsi qu’à d’autres disciplines grâce à l’appui de l’Association des femmes et des jeunes pour le développement communautaire (Afejedec).

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire