Climat : le monde face au défi d’appliquer l’Accord de Paris

0

Alors que les Etats-Unis menacent de sortir de l’Accord de Paris sur le climat depuis l’élection de Donald Trump il y a six mois, les 196 pays signataires de ce pacte se retrouvent du 8 au 18 mai à Bonn pour négocier sa mise en œuvre.

Les réunions techniques sur les règles d’application de l’accord débutées lundi, ont donné lieu, dans les couloirs du Centre de congrès international de Bonn, à des spéculations sur la sortie ou le maintien des États-Unis.

« Il y a, mardi soir, une réunion à la Maison Blanche à ce sujet mais cela ne veut pas dire qu’il y aura une annonce, qui pourrait avoir lieu avant ou lors du prochain G7 » fin mai, a déclaré lors d’une conférence de presse Brandon Wu, de l’ONG Christian Aid. « Si les États-Unis restent dans l’accord mais envoient aux autres pays le signal qu’ils peuvent réduire leur niveau d’ambition, alors nous avons un problème », a-t-il estimé.

Pour l’heure, on sait que le président américain, Donald Trump, qui a commencé à démanteler la politique climat de Barack Obama, n’a pas encore tranché sur la sortie ou le maintien des États-Unis dans l’accord, puisque ses proches collaborateurs sont partagés sur ce sujet.

En décembre 2015, la communauté internationale s’était engagée à Paris à agir pour limiter la hausse de la température moyenne « bien en deçà de +2°C » — un seuil déjà synonyme de bouleversements à grande échelle — et «si possible à +1,5°C» par rapport à l’ère industrielle. Les engagements actuels conduisent à une hausse de 3°C du thermomètre mondial.

« Cet accord international est le dernier espoir de survie pour les petits États insulaires », avait déclaré Thoriq Ibrahim, le ministre de l’Environnement des Maldives, à la veille de la reprise des pourparlers à Bonn. Cette déclaration reflète l’extrême inquiétude des pays les plus vulnérables au changement climatique, renforcée avec l’arrivée d’un président américain dont les positions ne sont pas toujours claires sur l’accord de Paris.

À l’exception de la Syrie et du Nicaragua, tous les membres de la Convention de l’ONU sur le climat ont déjà signé l’Accord de Paris. Sur 195 signataires (194 pays plus l’Union européenne), 144 l’ont ratifié, soit 83% des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Parmi les grands émetteurs, seule la Russie (5e après la Chine, les États-Unis, l’Union européenne et l’Inde) n’a pas ratifié le texte. Et si les gouvernements américain et russe sont en retrait de la lutte climatique, la Chine et l’Inde ont réaffirmé leurs engagements, qui leur permettent aussi de lutter contre la pollution de l’air et de réduire leur facture pétrolière.

Signalons que lundi, 200 investisseurs (fonds d’investissement, de pension, etc.) représentant 15 000 milliards de dollars d’actifs ont publié une lettre adressée aux pays du G7 appelant les gouvernements à agir pour respecter l’Accord de Paris.

 

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire