Choix de Shadary :  » C’est un pas dans la bonne direction, mais le plus important reste à venir », dixit Félix tshisekedi

0

Les réactions continuent de pleuvoir après la désignation le mercredi 8 août, d’Emmanuel Ramazani Shadary comme candidat président de la République du FCC. L’UDPS Félix Tshilombo Tshisekedi estime que ce geste du Président Joseph Kabila constitue « un pas dans la bonne direction », précisant que « le plus important reste à venir ».

https://platform.twitter.com/widgets.js

Le fils de feu Etienne Tshisekedi appelle, par ailleurs, à l’application des clauses de l’Accord de la Saint Sylvestre 2016 en souffrance afin de permettre à la démocratie congolaise de mieux respirer. « La décrispation, les élections libres et crédibles pour une alternance pacifique… restent les prochains objectifs. Merci aux pays de la région, merci à la communauté internationale, merci au peuple congolais », pouvait-on lire sur le compte twitter deTshisekedi junior.

Dans le même registre, le Comité Laïc de Coordination, par la bouche de son porte-parole Jonas Tshiombela, salue la désignation de Ramazani Shadary comme candidat du FCC à la présidentielle de décembre prochain. Il invite, cependant, le peuple congolais à la vigilance quant à la crédibilité de la suite du processus électoral.

UNE VICTOIRE DE LA DEMOCRATIE

« La décision du Président Joseph Kabila de ne pas se représenter pour un troisième mandat est une première victoire. Ce que nous pouvons dire à la population congolaise est que la bataille est gagnée pour cette première partie. Mais, le combat de la démocratie demeure », indique Jonas Tshiombela.

Ce membre du directoire de cette structure proche de l’Eglise catholique ajoute par ailleurs : « Nous devons avoir des élections crédibles qui ouvrent aux lendemains meilleurs. Pas d’élections aux lendemains chaotiques. Nous devons ainsi continuer la bataille. Car, les machines à voter sans consensus demeurent, le fichier électoral presque corrompu reste un problème pour nous, les mesures de décrispation restent sans suite ».

La même réaction est celle de « Ensemble pour le changement », plateforme électorale chère à Moïse Katumbi Chapwe. Claudel André Lubaya, l’un des cadres de ce regroupement politique considère le choix du Raïs comme la traduction matérielle et palpable d’une victoire chèrement acquise par et pour le peuple congolais.

LA CONSTITUTION EST RESPECTEE

La secrétaire générale du Mouvement de Libération du Congo (MLC), Eve Bazaiba salue le courage politique dont le président Joseph Kabila a fait montre en choisissant lui-même son dauphin. Elle l’invite cependant, à libérer les institutions publiques et à décrisper l’espace politique congolais.

« Nous constatons que, finalement, malgré les appels à la délinquance constitutionnelle, malgré les tentatives de toute sorte, la loi fondamentale s’est imposée, l’accord du 31 décembre aussi. La majorité a respecté la Constitution et il n’y aura pas de troisième mandat. C’est un élément fondamental « , a déclaré, pour sa part, Jacques Djoli.

Jean Baudouin Mayo, secrétaire général de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) de Vital Kamerhe, se dit confiant quant à la victoire de l’opposition à la présidentielle de décembre prochain.  » Le candidat de l’opposition va lamentablement battre Ramazani Shadary qui assume le passif d’une gestion désastreuse du pays durant 17 ans « , a-t-il prophétisé.

LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE PREND ACTE

La désignation du candidat du FCC n’a pas que susciter des réactions en interne. Des sources diplomatiques françaises saluent ce qu’elles qualifient de « décision assez courageuse du président Kabila ». Le ministre des Affaires étrangères Belge, Didier Reynders, dit prendre acte de ce choix.

Il a, toutefois, appelé les responsables politiques congolais à s’engager en faveur de l’organisation des élections crédibles et transparentes aux dates prévues par le calendrier électoral. Ce, dans un climat apaisé et inclusif. Saluant cette désignation, les États-Unis, par le truchement de la diplomate Nikki Halley, plaident pour la décrispation de l’espace politique.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire