Choix de Ramazani : l’opposition crie victoire

0

Le président Joseph Kabila a désigné mercredi un candidat à sa succession à l’élection présidentielle prévue en décembre, une première dans ce pays qui n’a jamais connu de transition pacifique.

Le choix de Joseph Kabila s’est porté sur un fidèle, le patron du parti présidentiel PPRD et ex-ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, originaire comme lui de l’Est du pays swahilophone.

Ramazani Shadary, 57 ans, figure parmi les personnalités congolaises sanctionnées par l’Union européenne (UE) en 2017 pour violations des droits de l’homme. L’UE le considérait alors responsable d’un « recours disproportionné à la force et à la répression ».

« Le peuple a besoin de la paix, le peuple a besoin de la reconstruction, il a besoin du social, c’est ce que nous allons faire », a-t-il déclaré dans ses premières déclarations de candidat.

Kabila président…de son parti 

M. Ramazani avait été nommé en février « secrétaire permanent » du PPRD au terme d’une réforme des statuts qui prévoit la création d’un poste de président devant revenir à M. Kabila.

« Ramazani Shadary a très peu, voire aucun soutien au niveau national. Sa base politique se trouve dans la province du Maniema […] qui représente moins de 5 % de l’électorat congolais », analyse la société d’études des risques pour investisseurs Verisk Maplecroft.

Les adversaires de M. Kabila ont qualifié de « victoire » le fait que M. Kabila s’engage finalement « à quitter le pouvoir ».

« Pour la première fois, un peuple d’Afrique centrale est parvenu à empêcher un chef d’Etat puissamment soutenu par les forces armées de modifier la Constitution et l’a forcé à quitter le pouvoir », avance Christophe Lutundula, porte-parole d’Ensemble, la coalition de l’opposant Moïse Katumbi.

« Nous avons gagné une bataille importante mais la lutte continue : celle pour une vraie alternance », a réagi le mouvement citoyen pro-démocratie Lutte pour le changement (Lucha).

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire