Chasse au trésor : Les Trimots conservent leur titre

0

Sacré champion à l’édition 2017, le trio de l’Université catholique du Congo (UCC) a gardé la première place du podium de l’évènement du 30 mars, clôturant le mois de la francophonie à l’Agence universitaire francophone (AUF) de Kinshasa, devant quarante-quatre équipes constituées de cent trente-deux étudiants de la ville.

 

Les Trimots au Cedesurk quelques minutes avant le départ pour La Chasse au trésorLes Trimots, nom créé par la contraction de trio et mot, est composé des trois étudiants de terminale en droit public de l’UCC, notamment Béni Bobanga Wawa, Julia Bolena Djangi et Isaac Bokwala Ifenge. Ce dernier a fait part de leur stratégie. «  Il faut préciser que nous avions opté comme stratégie de résoudre d’abord le plus grand nombre d’énigmes avant de nous lancer à la chasse. Puis, nous avions choisi de les grouper selon leur proximité pour ne pas avoir à faire de longues courses. Nous avons commencé le lieu le plus éloigné situé à Limete, puis nous sommes allés à Gombe, Kintambo et avons fini par Ngaliema », a-t-il revelé. 

Il est à noter que Les Trimots ont été les seuls à faire le tour des dix sites à découvrir pour le compte de cette seconde édition de la Chasse au trésor francophone de Kinshasa. Ils ont, à cet effet, gagné d’office les cent points accordés aux participants à raison de dix par site pour la peine qu’ils se donnaient en arrivant à l’une des places répertoriées dans l’itinéraire de la compétition. Mais encore, ils se sont le plus souvent soumis avec succès à l’épreuve des sphinx, dix équipes composées de deux personnes chacune postées sur les sites à découvrir, chargées de poser deux questions aux chasseurs et de les coter.

Les Trimots ont réalisé le meilleur score, s’approchant le plus des deux cent vingt points à gagnrer. Le trio a été le plus performant des quarante-cinq équipes qui ont parcouru Kinshasa à la découverte des dix lieux à caractère culturel et sportif en déchiffrant les énigmes s’y rapportant. Il s’agissait, tour à tour, du magasin d’articles de sports Decathlon, des éditions Médiaspaul, de la société de télécommunication Orange, du Super marché Shoprite, de la Médiathèque de la Funa, du Centre Wallonie-Bruxelles, de l’ambassade de Tunisie, du stade des Martyrs, du restaurant de la Maison de France et Maïsha Park.Des chasseurs face aux Sphinx situés à Shoprite

Le Courrier de Kinshasa s’est enquis de l’état d’esprit de l’équipe avec le premier, au moment de l’épreuve qui a duré un peu plus de cinq heures. « Nous vous avons rencontré plusieurs fois sur les sites découverts, et nous vous avions dit que nous étions venus d’abord pour jouer, nous amuser. Pour nous, peu importait de gagner ou non, c’était cela notre plus grande motivation. Et il se trouvait toujours un parmi nous pour réconforter celui qui se décourageait. Notre premier objectif était d’identifier d’abord les lieux à trouver. Ensemble, nous avons cherché à résoudre les énigmes qui y menaient. Nous nous sommes fait confiance mutuellement de sorte que lorsque l’un de nous était convaincu de connaître la réponse à la question posée par le sphinx, il avait le droit de répondre au nom du groupe. C’est cet esprit d’équipe qui nous a guidés et notre envie de jouer qui nous a conduits à cette victoire », nous a dit le chef du groupe, tout joyeux. Et d’ajouter, non sans grande fierté : « Nous avons tous contribué à part égale à cette victoire ».

Braver les embouteillages et courir

De l’avis de tous les participants, le déplacement d’un site à un autre était la plus grande difficulté éprouvée. Le fait, ont-ils déploré, qu’« il y avait beaucoup d’embouteillages sur les routes et qu’il faisait très chaud », a joué en leur défaveur. Ainsi, même si les plus futés avaient choisi comme eux de se mettre au volant d’un 4×4 ou de circuler à moto ou encore en taxi loué pour la circonstance, le trafic difficile sur certaines artères de la ville n’a pas facilité les choses. Et donc, au-delà de l’effort intellectuel, les chasseurs ont aussi fourni un effort physique. « Pris dans les embouteillages, nous étions obligés de continuer le parcours à pied. Il nous a fallu courir, nous avons transpiré sous un soleil ardent », a confié Bobanga.

Les Trimots avec leur chèque à La Chasse au trésor francophone de KinSur les cinquante et une équipes inscrites, six se sont désistées et quarante-cinq se sont retrouvées en lice. L’Université de Kinshasa et l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication  étaient les mieux représentés avec plus d’une dizaine de groupes d’étudiants participants. Du reste, la deuxième place du podium a été occupée par le groupe Himalaya de l’Ifasic avant La Colombe constituée des étudiants de l’Université protestante au Congo. L’Unikin s’est contentée des quatrième et cinquième places. L’Institut supérieur de commerce, l’Institut supérieur d’architecture et urbanisme, l’Institut national des bâtiments et travaux publics, l’Institut supérieur pédagogique de la Gombe et l’Institut supérieur des techniques appliquées étaient sous représentés, à raison d’une équipe par institution. Par ailleurs, ils n’ont pas pu se positionner parmi les vingt équipes primées à cette seconde édition de la Chasse au trésor francophone de Kinshasa.

L’AUF a bénéficié de la collaboration de certains partenaires, notamment les ambassades de Suisse, du Canada, de France et de Tunisie, de Wallonie-Bruxelles international, de la Délégation générale à la Francophonie et l’Institut français où s’est déroulé la clôture de la Chasse au trésor 2018, sanctionnée par la remise de prix aux vingt meilleurs et de cadeaux symboliques au reste des participants pour la peine qu’ils s’étaient donnée en concourant. Sans oublier le Centre de documentation de l’enseignement supérieur, universitaire et recherche à Kinshasa d’où est partie la compétition. C’est là que s’est opéré le lancement par l’énonciation du règlement de l’épreuve faite sous le regard vigilant et bienveillant d’Elodie Bamowongo, chargée de projets et responsable de formations de l’AUF.

 

 

 

 

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Les Trimots au Cedesurk, quelques minutes avant le départ pour La Chasse au trésor

Photo 2 : Des chasseurs face aux Sphinx situés à Shoprite

Photo 3 : Les Trimots avec leur chèque à La Chasse au trésor francophone de Kin

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire