Championnat d’Afrique de karaté : les Diables rouges prêts pour le combat

0

« Nous ne reviendrons pas sans médaille », a indiqué maître Ernest Moungalet, ceinture noire 7ème dan et entraineur national, sélectionneur de l’équipe nationale de karaté qui prendra part à la compétition continentale de la discipline du 29 mai au 5 juin à Yaoundé, au Cameroun.

Championnat d’Afrique de karaté : les Diables rouges prêts pour le combatLes Diables rouges de karaté sont attendus à la 16ème édition du championnat d’Afrique seniors et à la 8ème édition chez les juniors, soient deux compétitions jumelées. 26 compétiteurs sont retenus en katas et kumités des versions masculine et féminine. « Nous comptons sur tous les athlètes pour ramener des médailles », a indiqué maître Séraphin Dion, 4ème vice-président de la Fédération congolaise de karaté et arts martiaux affinitaires (Fécoka-Ama), chargé de l’olympisme. L’ossature est, en effet, constituée des athlètes médaillés dans diverses compétitions, Nardy Bikoka Mbako, champion d’Afrique en 2015. Voilà ce qui renforce l’optimisme du 4ème vice-président de la Fécoka-Ama qui se dit satisfait de la qualité de la préparation des athlètes.

Par ailleurs, l’entraineur national, sélectionneur, maître Ernest Moungalet, a abondé dans le même sens. Selon lui, toutes les étapes de préparation d’une compétition de haut niveau ont été respectées. Préparation physique générale et spécifique, combats-test, préparation psychologique… L’équipe est au point. « Le niveau de nos compétiteurs est bon. Ils ne feront pas piètre figure au Cameroun », a déclaré Ernest Moungalet. Il a également précisé que l’équipe nationale ne sera constituée que des athlètes évoluant au pays. Ceux de la diaspora, notamment quelques médaillés des Jeux africains n’exercent plus. Et, certains karatékas congolais qui ont le vent en poupe en Europe n’ont pas encore obtenu les documents pouvant leur permettre de défendre les couleurs du Congo. Le temps ayant fait défaut.

Dans la préparation, les Diables rouges ont également fait des cours d’arbitrage pour appuyer la partie technique. « Un athlète ne peut pas participer à une compétition sans maîtriser les règles d’arbitrage.  Il doit constamment mettre à jour son savoir sur des coups interdits, des zones interdites, la surface de compétition pour ne pas se faire disqualifier bêtement », Ange Mampini dit Nowa, arbitre continental. Les Diables rouges qui s’envoleront sous peu pour le Cameroun ont l’obligation des résultats, pour ne pas démentir tout le bien que le public sportif pense d’eux.

Légendes et crédits photo : 

Photo : maitre Moungalet et maitre Dion crédit photo Adiac

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire