CFCO : reprise du trafic entre Pointe-Noire et Brazzaville

0

Interrompu depuis novembre 2016, du fait de la destruction des infrastructures de la voie ferrée entre les gares de Kimbedi et Brazzaville, le trafic a repris entre les deux capitales. Un premier train marchandises en provenance de Pointe-Noire est arrivé à la gare centrale de Brazzaville, le 28 novembre, avec d’importantes quantités de produits pétroliers.

Parti de Pointe-Noire un jour plus tôt, le train lourd a atteint le quai de la gare centrale de Brazzaville, le 28 novembre, à 13 h précises, devant le ministre des Transports, de l’aviation  civile  et  de la marine marchande, Fidèle  Dimou, et des centaines d’agents du Chemin de fer Congo Océan (CFCO), totalement en liesse.

Ce premier train marchandises bien chargé, accompagné par une vingtaine de militaires, convoyait au total onze citernes d’essence, de gas-oil et de pétrole lampant  de cinquante-trois mille litres chacune, pour approvisionner la ville capitale.

Son arrivée à Brazzaville, impatiemment attendue après deux ans de rupture, est un motif de satisfaction aussi bien pour les cadres et agents du CFCO que pour le ministre de tutelle.

« C’est une grande joie aujourd’hui, parce qu’il a fallu attendre deux ans pour que le train circule à nouveau entre Brazzaville et Pointe-Noire. Et à l’occasion de la grande fête de la République, le train est arrivé à Brazzaville. C’est pour moi le sentiment d’un devoir accompli », s’est réjoui le ministre des Transports, soulignant que  l’interruption brutale du trafic a été un coup dur pour l’économie nationale. « Le CFCO est réellement l’épine dorsale de notre économie, nous l’avons constaté pendant ces deux ans d’arrêt du trafic. La population riveraine ne pouvait plus écouler ses produits. Mais avec la reprise du trafic, les choses vont redémarrer sur un bon pied », a martelé Fidèle Dimou.

Cette joie est également partagée par les agents du CFCO qui n’attendaient plus que son ouverture.

« C’est une grande joie pour nous les travailleurs, parce que nous avons enduré deux ans sans salaire. La reprise du trafic nous donne une lueur d’espoir de renouer à nouveau avec le chemin de la banque pour toucher nos salaires », s’est réjoui un jeune cheminot.

Rappelons que le trafic ferroviaire a été brutalement coupé en novembre 2016, suite à la destruction par les ex-combattants ninjas nsiloulou, à la solde de l’ex-chef rebelle Frédéric Bintsamou alias pasteur Ntoumi, de trois ponts sur la voie ferrée dans le département du Pool.

Depuis, Brazzaville n’était plus accessible par train si bien que tous les convois en provenance de Pointe-Noire ne s’arrêtaient qu’à Loutété, une localité du département de la Bouenza, frontalière avec le département du Pool où les ex-ninjas nsiloulou régnaient en maîtres.

La reprise de ce trafic est le résultat de l’accord de cessez-le-feu  et de cessation des hostilités dans le Pool signé, le 23 décembre 2017 à Kinkala, par le gouvernement et la partie rebelle.

Légendes et crédits photo : 

L’arrivée du train à la gare centrale de Brazzaville / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire