Centre national de transfusion sanguine : reprise imminente du travail

0

La grève de plus d’un mois observée par le personnel a été suspendue, le 19 octobre à Brazzaville, après avoir obtenu de l’Etat le reversement direct de leurs cotisations sociales à la Caisse nationale de sécurité sociale.

Au terme des négociations entre le gouvernement et les syndicats, l’administration s’est engagée à respecter la concomitance de la paie des salaires des structures de santé à budget de transfert avec celle des fonctionnaires de l’Etat et l’apurement des arriérés de salaires dans tout le secteur de la santé.

C’est ainsi que pour permettre aux agents du Centre national de transfusion sangunie (CNTS) de reprendre leur service, l’administration et les syndicats ont également recommandé la réouverture du dialogue avec les partenaires sociaux, notamment les directions générales des établissements sanitaires.  

Les deux parties ont convenu de la réactualisation en commission du projet d’arrêté relatif au statut particulier des agents de santé et des affaires sociales, sous-secteur santé.

« Certes, le combat est rude. En négociations, on ne gagne pas tout et on ne perd pas tout aussi. Nous allons continuer à travailler pour obtenir plus », a indiqué Albert Nianga, secrétaire général de la Fédération nationale des agents de la santé et des affaires sociales (Fenasas).

L’administration a informé les partenaires sociaux de la mise en œuvre des recommandations de l’audit du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville, de l’annulation des notes prises en dehors de la règlementation en vigueur en ce qui concerne le laboratoire national de santé publique et du projet d’uniformisation des conventions collectives des hôpitaux généraux.

Enfin, la Confédération syndicale des travailleurs du Congo, la Fenasas ainsi que le ministère de la Santé et de la population ont créé un comité paritaire chargé de la mise en œuvre et du suivi des conclusions et recommandations issues de ces négociations.

« Nous avons décidé de la suspension de la grève. Ce que nous avons gagné est valable pour toutes les structures de santé à budget de transfert. Mais le plus important est la réouverture du dialogue social avec l’Etat », a expliqué Vivien Mbossa, délégué de la Fenasas auprès du CNTS.

Légendes et crédits photo : 

1- Les officiel lors de la levée de grève / Adiac
2-Les participants à l’assemblée générale du CNTS / Adiac

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire