Centre hospitalier universitaire : un projet d’établissement pour de meilleurs soins

0

Le projet a été présenté le 20 octobre à Brazzaville par le chargé de missions pour Expertise France, Maxime Bost, et le Pr Gilles Brucker lors de la cérémonie de restitution de la première proposition dudit projet au plus grand établissement sanitaire du pays, en vue de donner des soins de qualité à la population congolaise.

D’après Maxime Bost, l’Expertise France, une Agence française de coopération technique internationale, a mobilisé l’expertise technique de l’assistance publique des hôpitaux de Paris afin de diriger la réalisation de ce projet d’établissement. Il s’intègre dans la cadre d’un contrat de désendettement et de développement, financé à hauteur de 10 millions d’euros par l’Agence française de développement (AFD), explique-t-il. Neuf millions d’euros sont consacrés au volet travaux qui est piloté par l’AFD et un million au projet de renforcement de la gouvernance hospitalière, coordonné par l’Expertise France.

 « Le projet de renforcement de la gouvernance hospitalière que coordonne l’Expertise France comprend plusieurs volets. Au CHU la formation des cadres de santé et des cadres de direction de l’établissement ; la réalisation du projet d’établissement ; la formation à l’échelle nationale des gestionnaires d’établissement hospitalières et l’appui pédagogique au Ciespac », a indiqué Maxime Bost.  

 Le Pr Gilles Brucker a souligné, dans sa communication, que le projet d’établissement est axé sur trois composantes : le projet de gouvernance et de management médical et le projet de soins. Selon lui, le projet d’établissement envisage également d’analyser la situation et le besoin du centre. Cette analyse est fondée sur le pilotage ; la gouvernance ; l’administration et le management ainsi que la gestion de l’hôpital.

En ce qui concerne le volet médical, poursuit-il, l’analyse a été faite à travers les projets élaborés par les chefs de services. 

Interrogé sur les difficultés que connaît le Centre hospitalier et universitaire (CHU), Gilles Brucker a évoqué les problèmes liés à l’imagerie ; au scanner ; au plateau technique ; au vieillissement des bâtiments du centre ; à la maintenance ; etc.

Il a, par ailleurs, souligné qu’une bonne amélioration de l’offre de santé au Congo passe par la création des nouvelles structures ; le renforcement de l’éducation de la mère et l’enfant ; l’éducation nutritionnelle ; la santé de la mère et l’enfant ; le service de néonatologie.

Le Congo doit prendre également en compte les problèmes de naissance ; des personnes âgées ; mettre en place l’hémodialyse ; développer les campagnes de dépistage des types de cancer et la radiothérapie, pour ne citer que ceux-là. « Le projet d’établissement souhaite avoir la participation de tous les Congolais en vue qu’ils bénéficient de tous les soins et que tous les examens de laboratoire se fassent sur place au CHU », a déclaré Gilles Brucker.  

 

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire