CEEAC : une délégation de la fédération sous-régionale de transports en visite de travail à Brazzaville

0

La mission conduite par le Camerounais Ibrahima Yaya, dans le cadre de la mise en œuvre des politiques publiques de transport en Afrique centrale, a présenté, le 13 septembre dans la capitale congolaise, lors d’un point de presse, ses objectifs et l’antenne du Congo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Fédération des transports de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Fétrans-CEEAC), a expliqué son président, Ibrahima Yaya, dans son mot liminaire, vise l’amélioration des échanges en vue de leur intensification pour une libre –circulation effective des personnes et des biens dans les pays de la sous-région.

 La Fétrans-CEEAC oeuvre au relèvement de la qualité des services et prestations des transports en Afrique centrale, afin de les arrimer aux exigences de compétitivité. Le secteur des transports, a souligné Ibrahima Yaya, doit être en mesure de contribuer à la sécurité et à la stabilité des Etats à travers une meilleure information sur les cargaisons acheminées par les moyens de transport. La mutualisation des moyens de transport pour l’approvisionnement des marchés en vue d’une autosuffisance alimentaire de la population de la sous-région fait également partie des missions de la Fétrans-CEEAC.

En terme d’objectifs spécifiques, il s’agit d’apporter à la sous-région et à chacun de ses membres un concours technique et actif sur toutes les questions relevant du domaine de compétence de la Fétrans-CEEAC. Aussi cette strucure se propose-t-elle de promouvoir des relations étroites entre les affiliés, d’initier et coordonner des programmes d’assistance mutuelle entre les membres, d’assurer partout où besoin sera les intérêts collectifs de la profession dans le cadre de la légalité. Pour ce faire, elle entend conclure avec des personnes physiques ou morales, des ONG ou groupements, toutes conventions ou accords pouvant permettre le développement de l’industrie des transports dans la sous-région.

Outre les objectifs de la Fétrans-CEEAC, Ibrahima Yaya a, par ailleurs, présenté la permanence congolaise de cette fédération, comme le prévoit l’article 16 alinéa 2 de l’acte de création de cette structure. Il a indiqué que la demande d’un accord de siège pour l’antenne locale a déjà été déposée auprès des autorités et est en bonne voie. Cette antenne nationale fonctionnera sous la houlette d’un représentant résident, originaire du pays d’accueil, désigné par ses pairs et nommé par le président de la fédération. Sa mission consistera en permanence à servir d’interface entre le siège, les acteurs et partenaires de l’industrie locale du secteur des transports mais surtout avec le gouvernement du pays hôte.

C’est en marge de l’atelier régional sur le transit en Afrique de l’ouest et du centre, tenu à Cotonou (Bénin), du 11 au 13 avril 2018 sous l’égide de la Banque mondiale et autres institutions, que les représentants des organisations de transporteurs, transitaires et commissionnaires en douane ont adopté l’idée de la mise en place d’une organisation faîtière des transports dans la sous-région CEEAC.  Le secrétariat général, cheville ouvrière de la Fétrans-CEEAC, est dirigé par le Congolais Cyrille Dzoundou.

 

 

 

Légendes et crédits photo : 

Ibrahima Yaya ( au centre) pendant son mot liminaire

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire