Caritas RDC : des communicateurs formés à Lomé par le programme Diro

0

La formation qui a porté  sur la coordination du programme A2P-Diro  a réuni les communicateurs de Caritas venus de neuf pays d’Afrqiue,  à savoir Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Côte d’Ivoire, Madagascar, Mali, Niger, République démocratique du Congo (RDC) et Togo.

Du 19 au 22 novembre, des communicateurs de neuf Caritas ont participé à un séminaire d’améloiration substancielle de leur travail dans la capitale togolaise, Lomé. Au cours de celui-ci, ils ont suivi des modules présentés par leurs pairs, appuyés par des exercices pratiques sous sous la modération de Paul-Martial Agbobli, accompagnateur-consultant de DiroI. Pour consolider ces acquis, ils se sont engagés à poursuivre leurs échanges au sein de sept groupes, à l’aide de la plate-forme de gestion des connaissances créée par le service de communication de l’A2P-Diro.

L’objectif de cette formation, indique un communiqué de Caritas RDC, était de mutualiser et partager les connaissances développées au sein des Caritas en vue d’une communication axée sur une visibilité accrue et un meilleur positionnement stratégique des Caritas dans l’environnement des organisations de la société civile dans les différents pays. Pendant la formation, les participants ont fait le point des avancées enregistrées depuis l’atelier de Nairobi, tiré les leçons y relatives et éclairé les communicateurs du programme sur la notion de «Communication pour le développement ».  

Cet atelier a aussi développé de manière collaborative le partage de connaissances sur les différents aspects du métier de communication dans les organisations sociocaritatives  et échangé sur les différentes fonctions que doit assurer la communication dans une organisation sociocaritative. Les organisateurs espèrent aussi créer une dynamique de collaboration entre les communicateurs et les chargés de projets en vue d’une meilleure communication sur les actions des Caritas, en couvrant tous les diocèses, et jeter les bases du renouveau dans la communication au sein et à l’extérieur des Caritas.

Les participants  ont suivi pluisieurs exposés sur l’infographie, l’utilisation de Photoshop et la photographie, animés par Raphaël Dadjossime de Diro, assisté par Béatrice Kabore de Caritas Burkina-Faso.  La RDC a eu aussi à partarger son experience au cours de cet atelier.  Joseph Kiala de la Caritas RDC a exposé sur la « Communication pour le développement ». Pour l’orateur, c’ est un outil d’influence sociale et politique, favorisant la participation et le changement social grâce aux méthodes et aux instruments de la communication. Elle  permet, en outre, l’appropriation des programmes au niveau local afin de produire un impact durable. Pour sa part, Rose Kouadio, de Caritas Côte d’ivoire, a planché sur « L’écriture journalistique : techniques et exigences ». Le thème sur « La communication entre services au sein des Caritas » a été developpé par Pierre Efoe du programme Diro. Raphaël Dadjossime et  Béatrice Kabore ont, en outre, animé un atelier de production audiovisuelle.  Tous ces exposés ont été enrichis par des débats et des exercices pratiques, sous la modération de Paul-Martial Agbobli, consultant-accompagneur de Diro.

Pour rappel, démarré en 2006 sur financement propre de Secours catholique-Caritas France, le programme A2P-Diro a été cofinancé par l’Agence française de développement à partir de 2011 dans sa première phase. La phase 2 s’étend du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2018. Le programme Accompagnement personnalisé de proximité, développement institutionnel et renforcement organisationnel (A2P-Diro), dénommé Dynamiser les sociétés civiles d’Afrique francophone et de l’Océan indien via les associations Caritas, a été conçu pour accompagner les processus d’évolution des associations Caritas. Le but visé est que ces Caritas deviennent des acteurs reconnus des sociétés civiles d’Afrique, plus efficaces dans la lutte contre la pauvreté et capables d’influencer les décideurs politiques.

Légendes et crédits photo : 

Une vue des participants à l’atelier de Lomé

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire