Caravane du cinéma congolais: la deuxième édition sera lancée l’année prochaine

0

La grande aventure artistique et touristique qui a réuni les cinéastes et cinéphiles nationaux, en août dernier, va être relancée en 2018 en partant cette fois-ci du département de la Bouenza jusqu’à celui de la Cuvette.

 

 

Caravane du cinéma congolais: la deuxième édition sera lancée l’année prochainePour accompagner et mettre en valeur le nouveau dynamisme de l’industrie cinématographique observé dans le pays  avec la jeune génération de cinéastes, Massein Pethas, journaliste, initiait du 14 au 20 août dernier, en collaboration avec sa maison de production Pedroscopale, le projet « Caravane du cinéma congolais ». Une aventure qui avait rassemblé beaucoup de jeunes, amoureux du cinéma. Les principaux objectifs étaient de reconquérir le public qui aujourd’hui s’est détourné des productions audiovisuelles locales au profit de celles venues d’ailleurs, de recréer la dynamique et ressusciter l’espoir ainsi que l’envie de croire au cinéma national.

De Pointe-Noire à Madingou en passant par Hinda, Les Saras, Dolisie, Loudima, Nkayi, des films produits au Congo par des Congolais ont été projetés, suscitant à chaque étape des échanges et des débats enrichissants avec les initiateurs du projet après chaque séance. Histoire de montrer à la population que le cinéma congolais vit.

Cette odyssée a été immortalisée par le film documentaire Les Aventuriers du cinéma perdu, projeté récemment à la Résidence du consul général de France, à Pointe-Noire, devant les autorités institutionnelles, culturelles et les opérateurs économiques. De cette aventure ubuesque, osée dans la chaîne  montagneuse du Mayombe, mais aussi dans le relief pittoresque de la vallée du Niari avec des scènes héroïques et par moments pathétiques et émouvants, les aventuriers sans logistique adéquate ont, comme de véritables héros, bravant embûches et difficultés, au prix de l’effort, de la volonté et de l’abnégation, terminé ce périple périlleux. Une aventure surréaliste qui a ému tout le monde lors de la projection. De façon unanime, chacun a promis d’apporter sa pierre à l’édifice pour que la deuxième édition se tienne mais en limitant les tracas organisationnels avec une logistique mieux adaptée. Une deuxième édition qui partira de Madingou, dans la Bouenza, jusqu’à Edou, dans la partie septentrionale du pays.

Prenant part à la projection du documentaire, le général Jean Ollessongo Ondaye, commandant de la zone militaire de défense n°1, a félicité les jeunes cinéastes pour leur audace et leur héroïsme. Il s’est engagé à accompagner cette initiative qui a besoin de moyens roulants pour amoindrir la souffrance des membres de cette odyssée, dont la bravoure et la témérité prenaient à un certain moment les allures des travaux herculéens. Son souhait ardent est que les autorités nationales et les partenaires privés s’associent à cette aventure, à l’instar de Jean-Luc Delvert, consul général de France à Pointe-Noire dont le soutien et l’apport pour la réussite du projet sont plus que louables.

Pour la prochaine édition, l’implication du ministère de la Culture et des arts ainsi que celui du Tourisme et de l’environnement est plus que souhaitée. Très prochainement, le film documentaire Les Aventuriers du cinéma perdu sera projeté à Brazzaville, avant le lancement, dès janvier, de la phase préparative de l’édition 2018 que tous espèrent comporter plus d’émotions mais aussi d’images fortes et passionnantes.
 

 

Légendes et crédits photo : 

Les participants à l’aventure félicités par le consul général de France, à Pointe-Noire crédit photo »DR »

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire