Cameroun: 117 arrestations lors de manifestations de l’opposition

0

Cent dix-sept personnes ont été interpellées samedi au Cameroun, où des manifestations non autorisées de l’opposition se sont déroulées dans plusieurs villes, ont annoncé les autorités camerounaises.

“A Yaoundé, Bafoussam (ouest) et Mbouda (ouest), plusieurs individus, pris en flagrant délit de perturbation de l’ordre public et de voies de fait diverses, ont été interpellés et placés en garde à vue. Soit, respectivement: 62 à Yaoundé, 42 à Bafoussam et 13 à Mbouda”, précise le communiqué signé samedi par le ministre de la Communication, René Emmanuel Sadi.

Ces interpellations ont eu lieu lors de manifestations organisées par le parti de Maurice Kamto, ancien candidat à l‘élection présidentielle d’octobre qui ne reconnaît pas le résultat officiel des urnes validé par le Conseil constitutionnel.

L’ex-candidat du Mouvement patriotique camerounais (MRC) revendique la victoire après être officiellement arrivé deuxième dans les urnes derrière Paul Biya – 85 ans dont 36 au pouvoir – qui a été réélu pour un septième mandat consécutif.

Depuis le scrutin du 7 octobre, plusieurs manifestations ont été organisées par le MRC “contre le hold-up électoral”. Aucune de ces manifestations n’a été autorisée et elles ont toutes donné lieu à de nombreuses arrestations.

Samedi, un fort déploiement des forces de l’ordre était visible à Yaoundé et Douala, la capitale économique du Cameroun. Une centaine de personnes ont manifesté dans ces deux villes, et d’autres manifestations ont eu lieu dans diverses localités du Cameroun.

Des gaz lacrymogènes ont été tirés à Yaoundé pour disperser les manifestants, ont déclaré plusieurs militants à l’AFP.

A Douala, “quelques échauffourées” ont eu lieu suite à l’attitude “particulièrement agressive” de “quelques participants” à la marche, affirme de son côté le ministère de la Communication.

D’autre part, M. Sadi a affirmé qu’“aucun coup de feu à balles réelles n’a été tiré”. Le MRC avait indiqué que plusieurs de ses membres, dont l’avocate renommée Michele Ndoki, avaient été visés par des tirs à balles réelles.

“Six blessés ont été enregistrés”, selon le ministère.

“Je suis alarmé par la facilité avec laquelle ceux qui nous protègent retournent leurs armes contre les citoyens. Pour le gouvernement, les vies n’ont aucune valeur. Triste”, a posté samedi sur Twitter l’ancien candidat à la présidentielle et célèbre avocat Akere Muna.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire