Calendrier électoral : inquiétantes observations de la Ligue des Électeurs

0

En perçant le calendrier électoral rendu public le 5 novembre dernier par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), la Ligue des Électeurs (LE) a, dans une déclaration faite dimanche 12 novembre courant, pensé que « l’ordre chronologique de différentes opérations énoncées est de nature à favoriser la fraude, et pose un sérieux problème de fiabilité du processus ».

Toujours selon la LE, le timing prévu pour certaines opérations est exagéré, le choix des procédures et opérations préparatoires n’a pas été optimisé, le choix de l’organisation combinée de trois scrutins  » laisse entrevoir la volonté manifeste d’alourdir le processus en vue de susciter des complications techniques à plusieurs niveaux et surtout lors des opérations de vote ».

Aussi, les différentes contraintes et les préalables évoqués ainsi que l’imprécision dans la répartition des charges financières et leur mise à disposition de la Ceni entre le gouvernement congolais et la communauté internationale « sont de nature à entretenir le flou et mener vers un autre glissement ».

Enfin, la LE constate la  » méconnaissance totale  » du rôle dévolu au Cnsa dans l’accompagnement du processus électoral tel que prévu dans l’accord de la Saint Sylvestre. « Ce qui prouve à suffisance qu’il n’a jamais été mis en application, ou du moins, l’a été de manière fantaisiste ».

A en croire cette déclaration de la Ligue des Électeurs de Jérôme Bonso signée par Me Patrick Ntambwe Ngoyi,  » ces remarques nous amènent à croire qu’il y a péril en la demeure… « 

Ainsi, cette structure invite le président de la République, le gouvernement, l’Assemblée nationale, le Sénat, la Ceni et le Cnsa à œuvrer, toutes affaires cessantes, diligemment avec célérité et efficacité, dans un esprit de tolérance, pour permettre l’organisation des élections pacifiques et crédibles ».

La LE estime qu’il est possible que le processus électoral en cours soit davantage amélioré par une décrispation de l’environnement sociopolitique, une forte adhésion de la classe politique à organiser, le plus tôt possible et dans des délais raisonnables, les élections attendues, en priorisant notamment la présidentielle. Elle encourage la communauté internationale à apporter une pleine assistance aux organisations de défense des droits de l’homme et celles qui œuvrent pour les élections crédibles et la promotion de la bonne gouvernance.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire