Cadrage macroéconomique : les prévisions anticipent une croissance de 3,1 % en 2017

0

Au cours de sa dernière réunion tenue le mercredi 5 juillet, le Comité de politique monétaire (CPM) a noté que les prévisions du cadrage macroéconomique anticipent une croissance de l’économie congolaise de 3,1% en 2017.

Un communiqué rendu public à ce sujet, par la Banque centrale du Congo (BCC) indique que selon l’approche de la valeur ajoutée, l’activité économique serait soutenue par le secteur primaire, avec une contribution à la croissance de 2,14 points, suivi des secteurs tertiaire et secondaire respectivement pour 0,82 point et 0,1 point.

Suivant l’approche par l’emploi, la BCC indique que la demande globale reste soutenue par la demande intérieure à hauteur de 1,6 point de croissance et la demande extérieure nette pour 1,5 point. « Cette tendance à l’amélioration est également confirmée par le solde brut d’opinion des chefs d’entreprises qui s’est nettement redressée, se situant à – 3,8 % contre – 9,3 % au mois de mai », indique le communiqué.

Sur le marché de biens et services, annonce la BCC, le mois de juin 2017 a été marqué par la plus forte accélération du rythme de formation des prix intérieurs de l’année, affichant un taux d’inflation de 7,4 %, venant de 3,0 % au mois de mai. En cumul annuel, l’inflation s’est établie à 20,8 % contre 1,1 % à la période correspondante de 2016.

En glissement annuel, l’inflation est ressortie à 32,9% contre une cible de 7,0% à fin décembre 2017.

Concernant les finances publiques, l’exécution des opérations financières de l’Etat au mois de juin 2017 s’est soldée par un déficit de 111,20 milliards de CDF contre un déficit programmé de 13,5 milliards.

Sur le marché des changes, le dollar américain s’est négocié à 1.507,78 CDF à l’indicatif et à 1.545,30 CDF au parallèle au cours du mois de juin.

 Ainsi, d’un mois à l’autre, le franc congolais s’est déprécié de 4,5 % à l’interbancaire et de 6,0 % au parallèle.

A cet effet, le CPM s’est dit très préoccupé par la persistance de cette situation dont la solution durable implique la mise en œuvre des mesures budgétaires et structurelles courageuses afin de réduire les pressions de la liquidité sur le marché et accroitre l’offre domestique de devises.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire