Ça brûle au Front pour le Respect de la Constitution. CNSA : Eve Bazaïba accuse, Jérôme Lumuna fonce !

0

En ordre ou désordre, au tiercé, quelqu’un peut toujours gagner. Comme à  la loterie, l’homme   joue le tout pour le tout. Il fonce et ne regarde plus derrière. Lumuna, de son petit nom chrétien, Jérôme, est, désormais, sur les fronts. Autant qu’il dérange, il mine et démine au Front pour le Respect de la Constitution.

Il semble que son cas ainsi que  celui de ses colistiers étaient bien au menu de la réunion présidée hier, au Palais du Peuple, par Joseph Olenghankoy, devenu, il y a quelques temps, le successeur d’Etienne Tshisekedi, à la tête du CNSA. Là où Bazaïba a refusé, Lumuna, lui,   s’autoproclamant du haut d’une aile du Front pour le Respect de la Constitution, embrasse Olenghankoy et veut se mettre au travail de la nation, pour la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2017. Comme qui dirait, entre Bazaïba et lui,  c’est le jour et la nuit. Différences d’approche, différences de combat !  Et, finalement, comment s’étaient-ils  mis en ensemble, si dès le départ, ils n’avaient l’idée de se serrer les coudes, pour longtemps ? Vivement, la polémique ! Bouleversements

Traits tirés sur le visage, Eve Bazaïba, la Coordonatrice du Front pour le Respect de la Constitution,  est montée hier, sur ses quatre chevaux, pour décrier la politique du saucissonnage des plateformes et partis politiques de l’Opposition  qu’elle attribue, malheureusement,  à la Majorité.  Allusion faite, ici, à l’implosion de sa propre plateforme, le Front pour le Respect de la Constitution,  secouée, depuis quelques jours, par l’éclosion d’une nouvelle aile pilotée par Jérôme Lumuna Ndubu, Avocat de son état et  un des vieux   animateurs de l’Opposition extraparlementaire.

Eve Bazaïba  accuse, en passant,  la Majorité de tous le péchés d’Israël, tout en refusant, en même temps, de se livrer  à des querelles byzantines avec  ses pourfendeurs qu’elle traite de chercheurs de ‘’boulot’’ ou, simplement, ‘’d’hommes affamés’’ à la recherche de l’emploi.

Cette prise de position contraste, pourtant, avec le Cursus de Lumuna Ndubu Jérôme. La preuve en a été donnée le même hier, tard dans la soirée, par des éléments de réponse au travers de sa notice biographique, glanée dans les milieux qui lui sont proches. Va-t-on ainsi assister  à un débat d’idées ou, alors, à une nouvelle série d’échanges axés sur des  remises en question de l’une envers l’autre  ou, réciproquement,  de l’autre envers l’une ?

Loin de s’interposer, il y a lieu de rappeler, néanmoins, qu’il s’agit là, d’une affaire des postes  au CNSA qui  remet sur la place publique, des dissensions qui auraient pu, curieusement,  être vidées à l’interne.

Surprise au rendez-vous

Logiquement, Bruno Tshibala  est sorti des entrailles d’une frange du  Rassemblement  de Kasa-Vubu. Tout comme Olenghankoy qui, lui-même,  est resté sur la même posture, est parvenu à se faire admettre à la tête du CNSA. Aujourd’hui, il n’est pas exagéré de penser que Lumuna Ndubu qui, apparemment, est sur les mêmes traces, puisse surprendre l’opinion, en raflant l’un des  fameux postes des  Vice-présidents,  demeurés, jusqu’ici, vacants, depuis qu’Eve Bazaïba et  Kamerhe toujours vital, les  avaient rejetés et rabroués.

La politique, dit-on, c’est l’art du possible. Faut-il espérer que d’ici la fin de la semaine, les secrets de ce qui se trame dans les coulisses du Palais du Peuple,  seront connus ? On est tenté d’y croire, au regard de derniers développements de la situation.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire