Burkina Faso : la France solidaire avec le peuple Burkinabè dans l’attaque de Ouaga

0

Une attaque terroriste a eu lieu le 13 août à Ouagadougou contre le restaurant « Istanbul », occasionnant 18 morts et 8 blessés. Parmi les victimes, il y aurait au moins un Français. Le Quai d’Orsay n’a pas encore confirmé l’information. 

Deux assaillants ont été tués dans l’opération menée par les forces de sécurité. Les blessés, dont plusieurs graves, ont été transportés dans la nuit à l’hôpital Yalgado Ouedraogo. 
« Mes condoléances aux familles des victimes et au peuple burkinabè après l’horrible attentat du restaurant Istanbul. La France solidaire« , a tweeté l’ambassadeur de France au Burkina Faso Xavier Lapeyre de Cabanes. 
« Notre ambassade se tient informé de la situation grâce au contact permanent avec les autorités locales. Les Français résidant au Burkina Faso et les Français de passage inscrits sur le dispositif Ariane ont été alertés par l’ambassade, invités à éviter le secteur et à rassurer leurs proches », peut-on lire sur le site de la représentation diplomatique française.
Ajoutant : « La France adresse ses condoléances aux familles des victimes. Elle est aux côtés du peuple et des autorités burkinabè dans ce moment douloureux et se tient prête à leur assistance« . 
Le président français Emmanuel Macron a exprimé sa compassion sur les médias français. Il s’est entretenu avec son homologuie burkinabè, Roch Kaboré. Pour le Quai d’Orsay « le risque terroriste demeure élevé au Burkina Faso, y compris dans la capitale Ouagadougou ». 
Il recommande « de faire preuve de prudence, et de vérifier que les lieux publics dans lesquels vous vous rendez sont suffisamment sécurisés ». Par ailleurs, il est « formellement déconseillé » de s’approcher de la « zone rouge » qu’est la frontière que partage le Burkina Faso avec le Mali, où sévissent encore des réseaux djihadistes. 
Il s’agirait d’une attaque djihadiste. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour actes terroristes à l’étranger en lien avec une entreprise terrorsite et association de malfaiteurs terroriste. Elle a été confiée à la DIrection générale de la sécurité intérieure (DGSI) et la Direction centrale de la plice judiciaire (DCPJ).

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire