Bunia: le parti CUC et des notables Bira dénoncent leur exclusion du gouvernement Bamanisa

0

Après la publication mardi dernier du gouvernement provincial de l’Ituri, des militants et cadres du parti politique dénommé congolais unis pour le changement, CUC, sont descendus dans la rue dans la matinée de ce mercredi 26 juin 2019 pour dénoncer ce qu’ils qualifient de non respect de l’accord signé avec l’actuel gouverneur Jean Bamanisa, alors qu’il était encore candidat à ce poste. 

En effet, cette formation politique qui a 3 députés à l’assemblée provinciale dit avoir soutenu le gouverneur Bamanisa pour son élection à la tête de la province, en contre partie un ministère provincial devait lui revenir de droit.

Dans un mémorandum remis au bureau de l’assemblée provinciale et au cabinet de l’autorité de la province, dont Bunia Actualité a reçu une copie, Charles Kakani, secrétaire exécutif provincial de ce parti regrette, en de mots durs, d’avoir été « dupé », « payé en monnaie de singe » et invite Jean Saidi Bamanisa à vite corriger cette injustice.

Les étudiants Bira, communauté majoritaire dans ce parti, abondent dans le même sens et regrettent leur non représentativité dans le gouvernement Bamanisa. Ils vont jusqu’à rappeler la dernière équipe gouvernementale de l’ex-province orientale avant le démembrement, où selon eux, aucun fils Bira n’était repris.

Pour sa part, le Professeur Ndudanga Kavarios, l’un des notables de cette communauté estime que c’est un défi lancé contre eux et qu’ils vont devoir le relever. Selon lui, cette injustice doit être corrigée pour ne pas s’attirer la méfiance Bira.

« Construire c’est ensemble, détruire c’est en excluant les autres » lance-t-il, avant d’ajouter : « les Bira se sont battus dans Lamuka, dans CUC, mais à leur place se retrouvent aujourd’hui d’autres. »

Ce député national honoraire appele à un équilibre communautaire et politique dans le gouvernement provincial de l’Ituri.

« Là où nous ne sommes pas, c’est que nos intérêts n’y sont pas et là il ne faut pas compter sur nous », conclut M. Kavarios.

Parmi les critiques qui pèsent sur le nouveau gouvernement de l’Ituri, on relève justement le déséquilibre communautaire et territorial.

Au plan territorial, parmi les 10 ministres nommés, on trouve 2 ressortissants d’Aru, 2 de Mahagi, 3 de Djugu, 1 de Mambasa et 2 d’Irumu. À ce sujet, Luc Malembe, un acteur politique, cadre de Lamuka, a dénoncé la non représentativité de la ville de Bunia, siège des institutions provinciales.

Au plan communautaire, on compte dans l’équipe Bamanisa 2 Hema, 2 Alurs, 2 Lendu, 1 Mambisa, 1 Kakwa, 1 Lugbara et 1 autre de Mambasa, dans une province qui compte au total 21 communautés.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire