Bukavu : un policier tue 2 personnes dans un marché

0

Un élément des forces de la Police Nationale Congolaise vient de tirer à bout portant sur des marchands dans le marché dit « Bondeko », un prolongement du Beach Muhanzi situé dans les enceintes de la SNCC dans la commune de Kadutu. L’incident s’est déroulé en début d’après-midi de ce lundi 3 décembre 2018.

Bilan : 2 morts dont un cordonnier et une fille vendeuse ambulante d’environs 16 ou 17 ans, rapportent les sources hospitalières citées par un confrère de la RTNC. Des sources sur place rapportent aussi 3 blessés graves parmi eux un policier molesté par les vendeurs. Le bilan risque de s’alourdir.

Selon notre confrère de la RTNC Bukavu qui cite les témoignages sur place, ce policier a tiré sur les personnes présentes au marché après le refus d’un vendeur de la bière de lui donner son produit sans argent. C’est là qu’il a décidé d’ouvrir le feu. Le président de la Société Civile de Kadutu parle d’un refus du paiement de la facture après consommation de la boisson.

Les corps ainsi que les blessés sont à l’Hôpital Général Provincial de Référence de Bukavu.

Condamnation de la société civile

La société civile sous noyau de Nkafu condamne la fusillade de cet après-midi de lundi 3 décembre 2018 au marché Bondeko du Beach Muhanzi en commune de Kadutu.

Dans un communiqué, Julien Namegabe explique qu’il s’agit de deux policiers en état d’ivresse qui ont tiré à bout portant sur les vendeurs.

« Ce 3 décembre 2018 sur avenue Michombero, marché Beach Muhanzi axe Bondeko, au quartier Nkafu aux environs de 12h00, deux policiers en état d’ivresse dont l’un connu au nom de Kashofu et l’autre non autrement identifié jusque-là, ont tiré à bout portant sur des vendeurs de ce marché dont le bilan provisoire se présente comme suit: Un mort sur place : BIsimwa Bahole Mishapi (cordonnier);­ trois blessés dont Monsieur Styve Ntamusi Ntabala, une fille répondant au nom de Cikuru; et un policier dont son identité n’est pas jusque-là connue », explique Julien Namegabe.

Ceci est arrivé lorsque le policier en état d’ivresse a refusé de payer sa facture au vendeur de la boisson, confirme le président de la société civile de Nkafu.

« La société civile sous noyau de Nkafu condamne ce comportement  quelques éléments de la PNC, le silence et sabotage de l’autorité provinciale et urbaine à l’égard de la population de Nkafu toujours assassinée à la longueur de journées. Que justice soit faite » dit-il.

Nous y reviendrons…

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire