Bukavu : des policiers tentent de manifester depuis lundi pour réclamer leur solde

0

Plusieurs centaines de policiers ont tenté de manifester dans la ville de Bukavu pour « réclamer leur solde de plusieurs mois » depuis lundi dernier.

Dans la matinée de ce mercredi 20 février 2019, des centaines d’entre eux s’étaient décidé d’aller au commissariat provincial de la police pour faire entendre leur voix.

Calmes, moins bavards et sans armes, ces policiers refusaient de se confier aux journalistes.

Certains d’entre eux, glissaient quelques mots à un reporter de Laprunellerdc.info.

« Trop c’est trop, nous devons avoir nos salaires. Comment voulez-vous qu’on vive sans être payé depuis plusieurs mois dans ce pays ? », nous dit l’un d’eux.

« Nous allons au commissariat provincial de la PNC pour rencontrer le commandant de la police afin que nos droits soient respectés », confie un autre qui explique que leur démarche n’est pas une insurrection.

Une tentative qui arrive après une autre menace de ces éléments de forces de sécurité le lundi dernier dans la même ville de Bukavu.

Une grogne qui suit une autre

Cette manifestation des policiers arrive alors que la route Kavimvira dans la ville d’Uvira était barricadée dans la matinée de ce mardi 19 février 2019 par des éléments de la Police nationale congolaise.

Selon des témoignages concordants, ces policiers cantonnés au parking Rugenge interdisaient tout mouvement sur la voie routière.

Par ce geste, ils disaient réclamer le paiement de leur solde estimé à un plus de deux mois.

Il s’agissait de la nouvelle unité de la police formée à Kitona venus en renfort afin de lutter contre la montée de l’insécurité dans cette partie de la province du Sud-Kivu. Ils sont estimés à plus de 350 éléments, selon la Nouvelle Société Civile de l’axe Sud.

Aucune circulation n’était possible sur la route nationale N° 5 dans la ville d’Uvira. Tous les véhicules et autres engins roulant étaient immobilisés dans la matinée.

Cette grogne des policiers a débuté ce lundi dans l’après-midi. Ces éléments de l’ordre réclamaient aux conducteurs des vélos jusqu’à 200 Francs Congolais, 1000 francs pour les motos et 2 000 francs pour les voitures, selon des sources concordantes. Dans le cas contraire, certains motards étaient brutalisés et même fouettés.

Au commissariat provincial de la Police nationale congolaise on explique que le problème n’est pas au niveau provincial mais à partir de Kinshasa. Une source sur place rassure tout de même que le solde des policiers est déjà disponible dans la banque et que le problème réside pour l’instant à ce niveau.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire