Budget 2019 : des chiffres prometteurs

0

Il s’agit d’un projet de loi de finances en équilibre, en recettes et en dépenses évalué à 10.352,3 milliards FC, a expliqué le Premier ministre dans son grand oral hier, mardi 23 octobre 2018, devant les députés.

Le Premier ministre, Bruno Tshibala, a présenté hier mardi 23 octobre, l’économie générale du projet de loi de finances 2019, soumis à l’examen et adoption de l’Assemblée nationale. Le projet comporte un budget en équilibre, en recettes et en dépenses évalué à dix mille trois cent cinquante-deux milliards trois cents millions de franc congolais (10.352,3). Soit un taux de régression de 0,01 % par rapport à son niveau de 2018. Le secteur des impôts apporte une grande contribution dans ce projet de loi de finances de l’Etat pour l’exercice 2019. Avec des augures favorables sur le front du cours du cuivre, du taux d’inflation, des réserves de change… le Budget 2019 présente des chiffres prometteurs. 

Pour le Premier ministre, la régression constatée dans le projet de loi sous examen à la Chambre basse, se justifie par la baisse substantielle des recettes extérieures et celle des budgets annexes. Brutshi a tablé sur une inflation moyenne évaluée à 12,4 % et un taux d’inflation en fin période 11,2 %. Le taux de change moyen est fixé à 1747,8 FC le dollar et le taux de change fin période à 1790,3 FC.

« Le projet de loi de finances exercice 2019 comporte un budget en équilibre en recettes et dépenses. Les recettes du budget général sont fixées à 9 604 900 millions FC contre 8 927 800, voté en 2018, soit un taux d’accroissement de 7,6 %. Les recettes des budgets annexes sont à 169 700 millions FC contre 917 200 millions FC, voté en 2018, soit une régression de 83,5 % et les recettes des comptes spéciaux 577 800 millions FC contre 508 100, voté en 2018, soit un taux d’accroissement de 13,7 % », a indiqué Bruno Tshibala. D’après lui, les recettes courantes accusent un accroissement de 25,6 % par rapport à leur niveau voté en 2018. Il a parlé des recettes des douanes et accises à 2.645 400 millions contre 2.550 300 millions en 2018. Soit un taux d’accroissement de 3,7 %. Par contre, les recettes des impôts se chiffrent à 4.030 400 millions FC contre 2700 900 en 2018, dégageant ainsi un taux d’accroissement de 48,5 % et les recettes non fiscales encadrées par la DGRAD évaluées à 1.207 600 millions FC contre 1.079 300 millions FC en 2018, soit un taux d’accroissement de 11,9 %.

Après son exposé, le Premier ministre a sollicité et obtenu de la plénière de la Chambre basse, un délai de 48 heures pour répondre aux préoccupations des députés soulevées lors du débat général. Le rendez-vous est donc pris pour ce jeudi 25 octobre.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire