Budget 2018 : l’exécution atteint 60% en recettes et 56% en dépenses

0

L’exécution du budget de général l’Etat 2018 a atteint un taux de réalisation de 60% en recettes mobilisées et 56,3% en dépenses effectuées au 28 septembre de l’exercice en cours.

D’après le condensé des statistiques de la Banque centrale du Congo (BCC), le cumul de ces recettes représente 5 352, 823 milliards de CDF et celui des dépenses 5 022, 291 milliards de CDF dégageant un solde positif de 330, 531 milliards de CDF.

En effet, les prévisions équilibrées du budget général de l’Etat pour l’exercice 2018 ont été approuvées par l’autorité budgétaire et promulguées par le chef de l’Etat à 8 927, 876 milliards de CDF.

Recettes, 60% de taux de réalisation

A trois mois de la clôture de l’exercice 2018, le ministère des Finances a réussi à mobiliser 60% des recettes de l’Etat au regard des prévisions. D’après la Banque centrale du Congo, la Direction générale des impôts (DGI) a dépassé ses assignations de près de 5%. Elle a donc mobilisé 2 832, 601 milliards de CDF sur 2 700,881 milliards de CDF, soit 104,9%. Un véritable record !

La mobilisation des recettes douanières ont légèrement dépassé les 50% de réalisation, soit 1 330, 624 milliards de CDF sur les 2 550, 320 milliards de CDF prévus sur l’année. Par contre, la Direction générale des recettes domaniales et de participation (DGRAD) a recouvré 94% de ses prévisions annuelles au 28 septembre 2018. Ses recettes mobilisées ont atteint 1 079, 289 milliard de CDF sur 1 022, 994 milliard de CDF, soit un taux de réalisation de 94,8%.

Il y a également d’autres recettes mobilisées dont celles du secteur pétrolier avec un taux de réalisation de 52,7%.

Dépenses, 56,3% d’exécution

Les rémunérations de l’ensemble du personnel pris en charge par l’Etat ont été payées à hauteur de 2 004,762 milliards de CDF sur des prévisions globales de 2 660, 793 de CDF. Ce qui dégage un taux de réalisation de 75,3%.

La deuxième plus grosse dépense de l’Etat concerne les frais de fonctionnement des institutions qui ont presque doublées au bout de trois premiers trimestres de l’année. Par rapport aux prévisions, elles sont passées de 614, 750 milliards de CDF à 1 217,429 milliard de CDF, soit un taux de réalisation de 198%.

Dans le lot d’autres dépenses de l’Etat, figurent les transferts et subventions dont le taux de décaissement a été faible au point de dégager un taux de 16,3% représentant 412 351,44 millions de CDF sur 2 492, 110 milliards de CDF ; et la dette publique interne et extérieure qui, elle, a été payée à concurrence de 223, 531 milliards de CDF sur les prévisions de 539, 811 milliards de CDF (41,4%).

A trois mois de la fin de l’exercice 2018, des analystes avertis félicitent le gouvernement, à travers les ministères du Budget et des Finances, pour des efforts fournis et les encouragent à relever le défi d’atteinte des assignations en recettes et de rationalisation de dépenses. Mieux vaut la fin d’une chose que son commencement, commentent – ils.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire