Bruxelles: Un auditoire de l’ULB porte désormais le nom de Denis Mukwege

0

L’Université libre de Bruxelles (ULB) a organisé lundi matin à 10 heures, au campus Erasme, une cérémonie en l’honneur du Docteur Denis Mukwege, chargé de cours à l’ULB et co-lauréat du prix Nobel de la Paix 2018 avec Nadia Murad pour leurs efforts visant à mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre. Son nom a été donné à l’auditoire du bâtiment J dans lequel il a l’habitude de donner ses cours et conférences.

C’est devant un auditoire comble, empli entre autres par de nombreux étudiants, que la cérémonie a pris place. Le gynécologue Denis Mukwege a développé une expertise chirurgicale inédite visant à « réparer » les mutilations génitales pratiquées sur les femmes en république démocratique du Congo. « L’hôpital de Panzi (Bukavu, capitale du Sud-Kivu) est l’un des heureux bénéficiaires de l’excellence de l’Université libre de Bruxelles au travers de projets d’échange, de diffusion de savoirs et de renforcement de capacités qui nous lie depuis plusieurs années », a-t-il souligné. « Dans ce partenariat, l’ULB apporte ainsi sa pierre à la compréhension des réalités du présent et au relèvement des défis de l’avenir ».

Au péril de sa vie, il reconstruit et « répare » des femmes et des enfants

Des discours en hommage à son engagement ont été prononcés par Alain Carpentier, le directeur du Pôle Santé de l’ULB, le recteur Yvon Englert et la doyenne de la Faculté de Médecine Joanne Rasschaert. L’ULB tenait en effet à saluer celui qui, chaque jour, au péril de sa vie, reconstruit, « répare » des femmes et des enfants, dont les corps ont été mutilés par des groupes rebelles. Son travail a permis de mettre en lumière à travers le monde la gravité de la situation.

« Des femmes viennent te voir, de plus en plus nombreuses, victimes de viols, rejetées par leurs familles, incontinentes urinaires et fécales, psychologiquement meurtries et désemparées, sans espoir, mais aussi avec une force qui, dans bien des situation, tu l’as dis, t’a porté », a remarqué le recteur en évoquant ses débuts à l’hôpital de Panzi. « Tu spécialises progressivement ton hôpital dans le traitement de ces femmes, réparant les fistules, une chirurgie que nous savons, nous gynécologues, être des plus complexes, apportant des soins médicaux complets mais aussi une assistance psychologique et un accompagnement à la réinsertion sociale et professionnelle. (…) Combien de médecins auraient songé à faire de leur hôpital un lieu où vous réparez non seulement les corps des femmes, mais aussi leur confiance en elle et leur capacité à s’émanciper? Combien de médecins auraient continué cette lutte, car c’en est bien une, au cœur d’un conflit armé qui a souvent pris ton hôpital pour cible, te forçant à vivre sous la menace permanente? »

La cérémonie s’est terminée avec le dévoilement de la plaque de l’auditoire portant son nom. Cette initiative s’inscrit dans une politique plus large de l’ULB sur la question de la Diversité, qui vise à attribuer le nom de personnalités remarquables à des auditoires. Dans quelques mois, ce sont quatre nouveaux auditoires en cours de construction qui seront baptisés aux noms de femmes qui ont marqué la science médicale, à savoir Lise Thiry, Madeleine De Genst, Louise Popelin et Elisabeth Wollast.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire