Bruxelles: Rénové, le musée d’Afrique centrale de Tervuren ouvrira ses portes le 8 décembre

0

Après cinq ans de travaux et un chantier estimé à soixante-six millions d’euros, l’heure est aujourd’hui aux finitions. Et même si les vitrines sont encore vides, on mesure facilement l’ampleur des travaux. Les salles du bâtiment principal ont été rénovées en conservant leur architecture initiale agrémentée de baies de fenêtres nouvellement ouvertes pour amener de la lumière supplémentaire. Un patio a été creusé dans la cour intérieure. Il permet d’apercevoir les fondations initiales du musée

Sols, plafonds et menuiseries restaurés à l’identique

L’état belge, propriétaire du musée (via la Régie des Bâtiments), a souhaité rénover en profondeur l’édifice voulu par Léopold II pour héberger l’exposition coloniale. Cent vingt ans plus tard, l’intention est pourtant bien différente. « Il ne s’agit plus d’en faire une vitrine de la colonisation mais de poser un regard sur l’histoire et les peuples africains. » Guido Gryseels, directeur général du musée.

« Nous avons clairement voulu prendre nos distances avec le système de gouvernance coloniale, ce qui n’est pas simple dans un bâtiment où on voit partout l’anagramme de Léopold II.  C’est pourquoi, nous réserverons une place significative à l’art contemporain. Nous avons d’ailleurs travaillé avec la diaspora congolaise ».   

Un nouveau pavillon d’accueil pour le confort des visiteurs

L’accueil des visiteurs, le museum shop et la cafétéria sont installé dans un bâtiment moderne, construit à l’écart du musée et relié à celui-ci par une galerie souterraine de cent mètres de long. Celle-ci pourra servir de salle d’exposition temporaire. Elle abrite également la célèbre pirogue réinstallée en 2016 et qui ne peut désormais plus être déplacée.

La pirogue, la girafe et l’éléphant sont toujours là

Malgré les accents résolument modernes, la rénovation du musée ne devrait pas trop bousculer ceux qui ont longtemps rêvé d’aventures lointaines devant la grande pirogue ou l’éléphant.

Bambi Ceuppens, l’une des deux commissaires généraux de l’exposition permanente, le confirme : « ces objets phares seront bien présents mais nous allons en présenter d’autres. La nouvelle exposition permanente se focalisera plus qu’avant sur l’Afrique contemporaine ».

L’une des salles développera plus précisément l’histoire de la présence africaine en Belgique et cela depuis la fin du 16ème siècle jusqu’à nos jours.  Pour découvrir cette Afrique revisitée, le musée ouvrira ses portes à partir du 8 décembre 2018. 

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire