Brexit: des milliers de manifestants pour un nouveau référendum ont défilé à Londres

0

Les partisans d’un référendum sur l’accord – ou l’absence d’accord – avec l’Union européenne se sont massivement mobilisés samedi 20 octobre. Reportage.

Baroud d’honneur ou moment charnière de l’histoire tourmentée du Brexit, 700 000 personnes ont défilé, samedi 20 octobre à Londres pour exiger l’organisation d’un second référendum, selon les organisateurs de cette « marche pour l’avenir ».

« J’ai 16 ans et le Brexit m’a volé mon avenir », « Marre du Brexshit » (Brexit de merde), « Je suis européenne. Ensemble, c’est toujours mieux », « Qu’est-ce que l’Union européenne [UE] nous a apporté sinon la paix, la sécurité, le marché unique et les appellations contrôlées ? »… Une profusion de pancartes confectionnées à la maison a déferlé dans une ambiance joyeuse sous un soleil printanier entre Hyde Park et Parliament Square, face à Big Ben.

Spectacle surréaliste au cœur du Royaume-Uni, tee-shirts, foulards et drapeaux bleus étoilés de l’UE ont flotté tout l’après-midi sur Piccadilly, Pall Mall et Whitehall, les plus grandes avenues du Londres officiel. Il s’agit de loin du plus important défilé depuis le vote du 23 juin 2016, au cours duquel 51,9 % des Britanniques ont opté pour quitter l’UE. L’événement n’atteint toutefois pas le record londonien du million de manifestants enregistré en février 2003 lors d’un défilé contre la guerre en Irak.

Aux militants de gauche, aux familles inquiètes pour leurs enfants, aux professionnels anxieux pour leur emploi ou leurs affaires, se superposait toute une frange libérale de Britanniques ouverts sur le monde venus exprimer leur réel sentiment d’appartenance à l’UE et leur détestation de l’image de repli sur soi renvoyée par le Brexit.

Un mot d’ordre : sortir du Brexit

Compacte, oscillant entre la jubilation du nombre et les craintes pour l’avenir du pays, la foule était aussi plus diverse en âges et en origines sociales que les précédentes manifestations, même si les non-Blancs et le petit peuple britannique brillaient par leur absence. Tout comme les leaders des grands partis politiques.

Scotland Yard n’a pas confirmé le chiffre de 700 000 manifestants avancé par les organisateurs, la plate-forme People’s Vote qui regroupe des organisations de la société civile. Mais lorsque la tête du cortège était en vue du Parlement de Westminster, les derniers manifestants n’avaient pas encore quitté Park Lane, son point de départ, à 3,4 km de là. Alors que la négociation avec les Vingt-Sept est dans l’impasse à Bruxelles à cinq mois du Brexit officiel, Londres a résonné d’un cri en deux mots : « Exit Brexit ! » (Sortons du Brexit !).

« C’est un cri dans le vide, mais il était indispensable. Comment pourrais-je regarder mes enfants dans les yeux à l’avenir, si je n’avais pas été ici aujourd’hui ? », expliquait Henry Playfoot, un communicant de 48 ans.« Cette manifestation est vaine, car le Brexit est inévitable en raison du catastrophique défaut de leadership politique dont souffre notre pays. On est là pour ça : remplir ce vide. J’espère qu’un Royaume-Uni plus ouvert va émerger des cendres du Brexit. »

Venus en car de Southampton, Clive Hillman et Suzanne Battison, des retraités maugréaient contre « ces responsables politiques absents au moment où le pays doit prendre sa plus importante décision depuis la guerre ». « Nous sommes des gens ordinaires, ajoutaient-ils, et c’est nous qui allons souffrir le plus du Brexit. » Sarah Finnie, médecin généraliste affirmait être venue « pour défendre l’avenir de [s]es enfants », et pour honorer la mémoire de son père. « Il a combattu dans la Royal Air Force pour que les Européens vivent libres et il a perdu beaucoup de camarades. C’est pour cela que je combats passionnément le Brexit. »

Le maire de Londres, Sadiq Khan (au centre), a pris part à la manifestation, à Londres, le 20 octobre.

Nombre d’expatriés européens et de couples mixtes affichaient leur inquiétude. « Où va notre UE ? », demandait une pancarte où un homme enveloppé d’un drapeau britannique tenait par la main une femme portant un châle européen bleu et or. « Je ne sais pas de quoi sera fait mon avenir et celui de mes enfants, témoignait Géraldine Elliott, professeure de français installée depuis trente ans en Angleterre et mariée à un Britannique. On nous répète que nous garderons notre droit au séjour, mais nous n’en savons rien. Le Brexit a donné le feu vert à des manifestations de xénophobie inconnues auparavant. »

« Personne n’a voté pour le chaos actuel »

Mais dans l’immense serpent humain agité à intervalle régulier d’une clameur enthousiaste, tout le monde n’était pas aussi sombre ni pessimiste. « Il n’est pas trop tard pour renverser la vapeur. Il va arriver un moment où Theresa May n’aura plus d’autre solution que d’appeler à un second référendum, voulait croire Jennie Westbrook, 31 ans, employée dans un théâtre. Les gens n’ont pas voté pour ce qui arrive maintenant : un pays fracturé en deux, au bord de la guerre civile. »

A l’instar de beaucoup de marcheurs plus âgés que lui, c’était la toute première fois que Daniel Taylor, 23 ans, ingénieur étudiant, mettait les pieds dans une manifestation. « Je suis fier d’être dans cette foule immense et fraternelle,témoignait-il. Le gouvernement ne pourra pas nous ignorer. Ce que nous demandons n’est pas extrémiste : c’est seulement le droit de changer d’avis. N’est-ce pas le cœur de la démocratie ? »

Whitehall, l’avenue des grands ministères menant à Westminster était équipée de deux écrans géants diffusant les prises de parole des politiques depuis un podium érigé symboliquement devant le Parlement.

Aucun leader des deux grands partis n’était présent – « Où est Jeremy Corbyn ? », scandaient d’ailleurs ironiquement certains manifestants –, mais pour la première fois dans un défilé anti-Brexit, des élus de cinq des principaux partis – conservateurs, travaillistes, LibDem, SNP et Greens – ont pris la parole ensemble pour demander un nouveau référendum. Pour les deux premières formations qui soutiennent ou acceptent le Brexit, il s’agissait évidemment de députés en délicatesse avec la ligne officielle.

Les manifestants agitaient des drapreaux européens, dans le centre de Londres, le 20 octobre.

« Personne n’a voté pour le chaos actuel. La majorité, c’est nous désormais. Nous pouvons gagner la bataille ! », a lancé la députée conservatrice Anna Soubry applaudie avec enthousiasme par la foule en majorité de gauche. « Aucun accord n’est meilleur que le maintien dans l’UE », a proclamé, de son côté, le Labour Chuka Umunna dont le parti espère que le Brexit débouchera sur une crise et de nouvelles élections qu’il gagnerait.

Spectacle hallucinant à quelques mètres de Downing Street, la première ministre indépendantiste écossaise Nicola Sturgeon, est apparue sur écran géant via une vidéo enregistrée promettant son soutien sans faille à un deuxième référendum sur le Brexit.

Le matin même, Dominic Grieve, député conservateur très écouté et ancien procureur général (attorney general) avait aussi défendu la même solution. Constatant que les négociations sur le Brexit étaient « dans l’impasse »,M. Grieve, chef de fait des rebelles tories proeuropéens, a déclaré à la BBC que « lorsqu’on se trouve devant un problème de ce genre (…), la seule solution est de revenir vers les électeurs et de leur demander : “Est-ce vraiment ce que vous vouliez ?” »

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire