Brazzaville :la mairie centrale cherche des moyens financiers pour son nouveau plan d’aménagement

0

La plaidoirie a été faite par Nicodème Okouéré, nouveau conseiller à l’aménagement et au déguerpissement. Il a été présenté le 7 novembre à la presse par le maire de la ville, Roger Christian Okemba.

Brazzaville :la mairie centrale cherche des moyens financiers pour son nouveau plan d’aménagementLa mise en œuvre du nouveau plan d’aménagement nécessite plus de stratégies de la mairie pour mobiliser les moyens financiers.  « L’ouverture des églises, de caves, l’affichage des banderoles et autres est fait sans autorisation. Mais cette fois-ci, nous devons veiller pour que tous viennent régulariser leur situation à la mairie centrale, l’unique institution habilitée pour livrer les autorisations du genre. La mairie ne vit que des taxes », a indiqué le conseiller Nicodème Okouéré. Dans son travail, le nouveau conseiller à l’aménagement et au déguerpissement se fera accompagner des agents de la direction de l’environnement de la mairie centrale.

En réponse aux questions sur l’occupation illégale du domaine, la gestion des eaux usées, les nuisances sonores, la gestion des marchés publics parallèles et autres taxes y compris les annonces publicitaires dans le périmètre urbain, Nicodème Okouéré propose de se référer aux délibérations du conseil municipal et départemental de Brazzaville. L’institution compte coopérer avec la police pour infliger des amendes aux citadins inciviques.

« Tous commerçants, pour exercer, doit avoir dorénavant une autorisation de la mairie. Les services de police vont collaborer avec nous pour veiller à cela. Il n’y aura pas de débordements de la police car le maire tient à la sécurité des Brazzavillois et de leurs biens », a poursuivi Nicodème Okouéré.

Par contre, sur la construction des voies d’accès menant au cimetière de Matari, le conseiller à l’aménagement et au déguerpissement a rappelé que le dossier est géré par le ministère de tutelle.

« Je m’étais engagé que Brazzaville devienne une capitale comme toutes les autres capitales du monde. Mais nous devons trouver les moyens de notre politique. Dans le domaine de l’aménagement et du déguerpissement, nous avons choisi un cadre pour nous accompagner. Durant tout mon mandat, je ne souhaiterais pas voir de l’eau insalubre quitter les toilettes pour la rue et des épaves de voitures faire obstruction à la circulation dans les rues de Brazzaville », a indiqué Roger Christian Okemba.

Quant à l’exercice du petit commerce sur les étals, le maire de Brazzaville a insisté sur la pédagogie à adopter afin de mettre un terme à ce secteur. A Brazzaville, le commerce de proximité pratiqué par les citadins le long des rues et avenues complique parfois la libre circulation sur le domaine public.

« Vous savez que la situation est difficile dans certaines familles. Les mamans qui vendent dans les marchés publics ou étalent leurs objets sur les avenues contribuent à nourrir nos enfants. Donc, il faut beaucoup de stratégies pour leur demander de libérer les lieux, tout en maintenant leur commerce. J’insiste, il faut beaucoup de pédagogie », a ajouté le maire de Brazzaville.

Légendes et crédits photo : 

Au milieu, Nicodème Okouéré, répondant aux questions des journalistes (adiac)

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire